Author Topic: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)  (Read 10663 times)

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
!!! ATTENTION !!!
Ce tutoriel date de 2006. En conséquence un certain nombre d'infos, de liens, etc ... ne sont plus valides.
En attendant une future mise à jour, voir la derniere version en anglais:

http://wiki.openmpt.org/





Introduction à Open MPT
- Versions 1.17.02.42 et supérieures -

Manuel de Travaux Pratiques

Par Vanisher III du groupe Trackers @ Work
Version 0.8.3 Rev. b "MPTonomicron" (18 Avril 2006)


I.
   Préambule
II.
   Configurer Modplug
III.
   Mise en route
IV.
   Composer
V.
   Les effets
VI.
   Utilisation de plugins VST/VSTi
VII.
   Trucs et astuces
VIII.
   Préparer son module à la distribution
IX.
   F.A.Q.
X.
   Remerciements
XI.
   Historique des versions
« Last Edit: January 18, 2013, 18:57:06 by Saga Musix »
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #1 on: September 27, 2011, 10:07:47 »
I. Préambule
 
 
De nombreux débutants en tracking m'ont souvent demandé s'il existait des documents leur permettant de s'initier au soundtrack. Je leur ai toujours conseillé de lire le tracker's handbook (écrit par cools, XRQ ainsi que d'autres grands trackers et disponible sur des sites comme http://www.maz-sound.com) ou le Modplug tutorial de Mister X (disponible sur http://www.modplug.com). Leur réponse a toujours été "beuh, c'est en anglais, j'y comprends rien". C'est pour cela qu'aujourd'hui je me propose de vous donner quelques bases, et en français. Je ne prétends pas être d'une expérience à toute épreuve, je ne tracke que depuis 2000, mais j'estime avoir acquis certaines connaissances qui pourraient vous être utiles. Néanmoins, si vous êtes un tracker expérimenté, et que vous estimez que j'ai commis des erreurs (et que vous souhaitez les corriger), ou si vous voulez participer à l'écriture de ce petit how to, vos contributions seront les bienvenues. Voici où envoyer vos textes: vanisheriii@hotmail.com
 
 Comme j'ai tenu à faire un "cours" plutôt orienté vers la pratique, je vous passerai certains blabla qui ont été répétés et re-répétés depuis dix ans, notamment le speech traditionnel commençant par: "Un tracker est un programme permettant de jouer des échantillons sonores à différentes fréquences de manière à obtenir ce que l'on appelle communément 'musique' ", le tout suivi de la définition de tracker, module, etc. (Notez qu'un projet de glossaire existe sur le portail MPT-Fr. Au passage n'hésitez pas à y participer, ne serait-ce qu'en posant des question!)
 
 Notez aussi que les informations ici présentes sont présentées de façon synthétique et simplifiée, même si ce tuto se veut (un peu) exhaustif. Ainsi, j'ai tenté de traiter tous les aspects de MPT, sans pour autant entrer dans moult détails rebutants.
 
 Pour en revenir à ce document, je me suis inspiré (mais attention! Pas de copier/coller!) du trackers handbook de cools, dont j'ai repris quelques idées que j'ai traduites et adaptées à modplug. Ce "manuel", est freeware, ce qui signifie que vous pouvez l'utiliser et le distribuer librement, tant que:
 
  • Vous ne le modifiez pas sans mon autorisation (je ne veux pas que 462 version différentes circulent sans contrôle, les lecteurs seraient perdus).
  • Vous indiquiez sa source.
Il est temps de passer à modplug proprement dit, alors un dernier conseil avant de se lancer dans les choses sérieuses : Au début, le tracking est très difficile, et ce n'est qu'en pratiquant que l'on arrive à quelque chose. Alors entraînez vous, et n'hésitez pas à poser des questions si vous bloquez sur un point précis. Si vous ne connaissez personne pouvant vous répondre, vous pouvez toujours m'adresser un e-mail ou mieux, venir faire un tour sur le forum du groupe Trackerz @ Work ou encore sur le portail français de la communauté Modplug (MPT-Fr) où nous serons plusieurs à pouvoir vous aider.
 
 Pour en finir avec ce préambule, sachez que ce manuel a été écrit avec mozilla composer. Il se trouve que si la page fonctionne très bien avec Netscape, Mozilla et Firefox, il n'en va pas de même avec internet explorer qui interprète la page comme il veut, ce qui pose quelques petits problèmes de mise en page (notament les tableaux centrés qui ne le sont pas sous IE). Alors par pitié, utilisez Firefox!
 
 Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne lecture et surtout un happy tracking!
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #2 on: September 27, 2011, 10:21:52 »

II. Configurer Modplug
 
 
1/ Configuration requise
 
 Tout dépend de ce que vous voulez faire :
 
 Si vous souhaitez juste faire des .MOD sur 4 channels avec peu de samples 8bits, un 386 peut suffire. 
 
 D'expérience, je sais qu'un Pentium 133 équipé de 32 Mo de RAM permet de jouer sans trop de problèmes un module de 32 channels (en ajustant un peu les réglages, bien entendu) sous MPT vanilla, ce qui est amplement suffisant  pour débuter.
 
 Si maintenant, vous souhaitez aller au-delà de 32 channels et utiliser quelques effets VST, je ne saurais que trop vous conseiller d'utiliser au minimum un P II (voire un P III, dans la mesure où Modplug utilise maintenant les instructions MMX & SSE) à 400 MHz minimum accompagné de 64 Mo (128 Mo ne seront pas de trop) de RAM et d'un disque dur de grande capacité (la taille importe plus que la vitesse dans la mesure où Modplug ne fait pas de direct to disk).
 
 
Modplug nécessite aussi Direct X 5.0 ou supérieur pour pouvoir fonctionner (sinon, pas de son). Notez que si vous possédez DirectX 8.1 ou supérieur, vous aurez accès à 9 effets tels que l’écho, la reverb ou encore la distorsion, que vous pourrez utiliser comme des plug-ins DMO.
 Sachez aussi, que plus votre résolution sera élevée, plus vous verrez de channels. 800*600 peut suffire pour des modules de moins de 16 channels. Au delà, je vous conseille fortement de monter à 1024*768 minimum.
 
 Pour entrer vos notes, l'utilisation du clavier est presque confortable, mais si vous possédez un clavier MIDI, rien ne vous empêche de l'utiliser.
 Modplug possédant une interface de type Windows, la souris peut se révéler TRES utile, même si vous êtes un adepte des raccourcis clavier. 
 
 
NB: Attention, les derniers VST/VSTi peuvent se révéler être des gouffres à ressources. Un pentium 4 ou athlon64 et 512 Mo, voire 1Go de Ram ne seront vraiment pas de trop si vous comptez utiliser intensément cette technologie (et encore, les VST peuvent mettre à genou n'importe quelle configuration si vous en utilisez trop). Il est aussi à noter que les dernières versions d'OpenMPT demandent une résolution d'écran de 1280*960 ou 1280*1024 (voire plus) pour être vraiment confortables (au passage, sachez que certains utilisent MPT en dual screen. Si vous disposez de deux écrans, faites comme eux : profitez-en).
 
         2/ Installer et configurer Modplug
 
 
a) Installation
 
 
Je ne vais tout de même pas paraphraser la doc de modplug. Donc, sachez juste que vous n'avez qu'à décompresser l'archive MPT.zip dans un répertoire du genre D:\musique\modplug\traker\tracker
 Je vous conseille l'arborescence suivante, libre à vous de la suivre ou pas :
 
 <lettre du disque dur où vous stockez vos données >:\<répertoire où vous mettez vos logiciels musicaux >\modplug\
 Dans ce répertoire, vous mettrez 2 sous répertoires :
 
 …\player\  -> ce répertoire contiendra le modplug player
 
 …\tracker\ -> ce répertoire contiendra les 4 sous-répertoires suivants:
             …\tracker\ -> vous y décompresserez le contenu de MPT.zip
             …\instrus\ -> vous y rangerez vos instruments (.xi, etc.)
             …\samples\ -> c'est ici que vous mettrez vos samples (.raw, .wav, .smp, etc.)
             …\songs\ -> c'est ici que vous enregistrerez vos modules (.mod, .s3m,.xm ou .it)
 
 Si vous utilisez plusieurs logiciels de musique, vous disposez sûrement déjà d'un répertoire contenant vos VST. Il est inutile de copier vos VST dans le répertoire de MPT, nous verrons plus tard comment gérer les VST dans MPT. Si vous ne disposez pas encore de répertoire VST, créez-en un dans le répertoire où vous mettez vos logiciels musicaux. Il peut être intéressant de créer deux sous-répertoires: un pour les VST (effets) et un pour les VSTi (instruments)
 
 NB : L'installation de la CVS peut parfois être différente. Par exemple, la CVS est distribuée sous la forme de l'exécutable MPTrack.exe. Vous n'avez qu'à télécharger ce fichier directement fans votre répertoire tracker. Ceci écrasera l'ancien fichier mptrack.exe et vous aurez ainsi mis à jour modplug (veillez quand même à garder une sauvegarde de l'ancien exécutable, juste au cas où).
 
 Autre chose : méfiez vous des installations multiples!
 Par exemple si vous gardez un MPT Vanilla et OpenMPT CVS, les deux écrivent des données dans le .ini alors tentez d'avoir deux installations séparées (notez au passage que depuis la version 1.17.02.41 OpenMPT n'écrit plus dans la base de registres). Il PEUT y avoir quelques conflits. Alors ne faites pas n'importe quoi. Si vous préférez MPT Vanilla, restez sous MPT Vanilla. Si vous voulez utiliser OpenMPT, utilisez OpenMPT. Mais le passage de l'un à l'autre risque de se montrer problématique à la longue. Au menu des petits désagréments : setup à vérifier à chaque fois, etc.
 
 
b) Configuration
 
 Les dernières builds d'OpenMPT proposent un panneau de setup plus fourni que dans MPT vanilla. Il convient donc de faire le tour du nouvel engin :
 
 Tout d'abord, sachez que l'écran de setup se lance automatiquement au premier lancement du logiciel, mais vous pouvez rappeler la boite de dialogue de plusieurs manières:
 
  • En cliquant sur ce bouton (disponible dans la barre d'outils) :


  • En allant dans view -> setup
  • En effectuant la combinaison Ctrl+F1
La boite de dialogue du setup se présente ainsi:









Cette boite de dialogue est composée de plusieurs onglets, que vous pouvez voir au dessus.
 Dans l'onglet général, vous trouverez diverses options que je ne détaillerai pas, l'aide contextuelle étant suffisament explicite. Notez toutefois la présence du champ "directories" qui vous permet de définir les chemins vers vos instruments, samples et modules.
 
 Notez que les screenshots du menu contextuel que vous verrez dans ce tuto ont été pris avec l'option "Old style pattern context menu" activée. Lorsque cette fonction est décochée, le menu contextuel (click droit) montre toujours TOUTES les fonctions, les fonctions non utilisables étant grisées, ceci afin de ne pas choquer les débutants qui chercheraient en vain les fonctions. Lorsque l'option est cochée, le menu contextuel n'affiche que les fonctions utilisables. Cela permet aux utilisateurs confirmés d'avoir un menu contextuel plus compact et donc plus efficace.
 
 Voyons maintenant l'onglet "Sound Card" :





C'est ici que vous réglerez vos paramètres audio. Sound Device vous propose de sélectionner votre driver son. Si vous le pouvez, optez plutôt pour un driver ASIO, qui permet une meilleure latence, et donc une meilleure réactivité du programme.
 
 Buffer Length vous permet de sélectionner la taille du buffer (ou tampon) audio. La règle est simple: plus le buffer est petit et plus la latence est faible. Plus la latence est faible et moins de temps mettra votre PC à enregistrer les notes que vous entrez. MAIS! Si votre PC n'est pas assez puissant, il ne pourra peut être pas fournir au buffer assez d'informations. Il se produit alors un buffer underrun (ou sous-alimentation de tampon), dont les effets varient entre un simple crachotement et un plantage total de la machine. Vous l'aurez compris, vous devrez régler très finement votre buffer length afin de trouver un bon compromis entre réactivité et protection contre les buffer underruns.
 
 Mixing Quality gère la qualité du son produit par MPT, le 44.1 kHz 16 bits Stereo équivalant à une qualité CD. A vous de choisir les réglages vous convenant le mieux. Attention toutefois aux samples et aux plugins que vous utiliserez par la suite, veillez à la compatibilité de l'ensemble.
 
 Max Polyphony est à mettre au maximum. Il s'agit du nombre de sons joués en même temps. Plus la polyphonie est importante, et plus vous aurez de marge pour jouer de vos instruments, mais plus la charge CPU sera importante.
 
 Pre-Amp amplifie déjà le volume sonore du lecteur de samples de votre module. Nous verrons plus loin que ce paramètre, a priori anodin, peut revêtir une certaine importance. Pas de conseil particulier pour l'instant, en temps normal, veillez juste à avoir un niveau sonore confortable.
 
 Le reste des options est suffisament explicite pour que l'on ne s'y attarde pas.
 
 Passons maintenant à l'onglet Player :





Lorsque vous trackez, désactivez tout ce qui se trouve dans le champ "Control". Ces options peuvent se montrer amusantes si vous jouez des modules, mais lorsque vous trackez, vous devez garder à l'esprit que vos auditeurs n'auront peut être pas les mêmes réglages que vous et que ce qui sonne bien chez vous risque d'être affreux chez d'autres. Dans tous les cas, n'activez jamais, mais alors JAMAIS l'Automatic Gain Control lorsque vous trackez. Pourquoi? Simple : l'AGC va diminuer le gain lorsque les passages sont forts et l'augmenter lorsque ces passages sont faibles. La plupart des auditeurs ne l'utilisent pas et lorsqu'ils tombent sur des modules composés sous AGC, ils n'entendent pas grand chose lors des passages faibles et se ramassent une saturation monstrueuse lors des passages forts. En bref, l'AGC, c'est mal.
 
 Dans Sound Quality, vous pouvez sélectionner le resampling. Modplug vous propose différentes qualités de resampling, c'est à dire de lissage de vos samples (ou échantillons sonores). Certains trackers expérimentés vous conseillerons de désactiver le resampling si vous utilisez des samples de bonne qualité (c'est à dire 16 bits avec une fréquence d'échantillonage correcte). Sachant que les dernières builds d'OpenMPT vous proposent de resampler séparément chaque sample, vous pouvez vous permettre de désactiver ici le resampling.
 
 L'onglet Equalizer n'étant pas très difficile à comprendre, passons tout de suite à l'onglet "Keyboard".





Grosse nouveauté apportée par OpenMPT, vous avez maintenant l'occasion de modifier totalement le keymapping de MPT. Cet onglet n'est pas difficile à comprendre. Sachez toutefois que des sites comme MPT-Fr proposent des presets qui vous épargneront de longues minutes de réglages ;)
 Pour installer un preset, c'est simple, téléchargez le preset, placez le .mkb dans le répertoire "extraKeymaps" puis sélectionnez le dans MPT en utilisant le bouton load keys.
 
 Deux mots maintenant à propos de l'onglet "Colors" :






Le plus important ici, c'est le highlight, qui facilite la lisibilité des blocs. Pour le beat, il peut être utile de surligner différemment tous les 4 et tous les 8 rows. A vous de juger.
 
 Voyons maintenant l'onglet "MIDI":





Si vous ne disposez pas de clavier (ou autre périphérique) midi, vous pouvez ignorer cet onglet. Sinon, cet onglet sera décrit plus en détails plus loin dans ce tuto.
 
 Terminons avec une autre nouveauté apportée par Open MPT, "l'Auto Save" (ou sauvegarde automatique) :






Cette fonction permet de sauvegarder automatiquement votre track au bout d'une durée prédéfinie. Faites attention à l'option "Keep up to: " qui peut vite polluer votre disque dur. 1 ou 2 backups sont en général suffisants. A noter au passage que les dernières builds d'OpenMPT sont suffisament stables pour que vous vous passiez d'activer cette option. Que vous souhaitiez jouer la prudence ou au contraire que vous évitiez de faire une copie de sauvegarde lors d'un simple playback ne dépend que de vous.
 
 Ca y est! OpenMPT est configuré! Il est temps de passer à l'étape suivante.
« Last Edit: September 27, 2011, 16:09:27 by .^o »
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #3 on: September 27, 2011, 10:46:46 »
III. Mise en route
 

 
1/ Le format
 
 Une fois Modplug configuré, nous pouvons commencer à tracker. Commencez donc par réfléchir à ce que vous allez faire. Lorsque vous ouvrez Modplug, vous tombez sur le fenêtre suivante :






La première question à vous poser, c'est : "dans quel format vais-je tracker?". Pour cela, vous aurez besoin de connaître les possibilités et les limites de chaque format. Vous pouvez trouver toutes les informations nécessaires sur le net (notamment sur la Wikipedia ou encore le site Modularity, contenant des informations plus qu'exhaustives sur ces formats). Sinon, l'aide de modplug vanilla est TRES exhaustive, et même en anglais, elle est facilement compréhensible.
 
 Les formats .xm et .it sont les plus "performants" (et accessoirement les plus "récents"), choisir entre les deux ne tient que des goûts personnels. Attention toutefois : même si modplug vous autorise à créer des .xm de plus de 32 Channels et/ou comportant un nombre impair de channels, votre module sera considéré comme corrompu par Fast Tracker 2 (le logiciel à l'origine des .xm), et donc ne sera pas joué.
 
 Arbitrairement, j'ai choisi, pour l'exemple, d'utiliser le format .it. Il n'y a pas de raison particulière. Si vous décidez d'utiliser le format .xm, sachez qu'il existe quelques différences que vous devez bien garder en tête:
   
  • Les codes d'effets sont différents et le format .it comprend plus d'effets.
  • Dans le format .xm, lorsque vous utilisez un effet de channel (2ème colonne d'effets), vous devez l'utiliser sur toutes les notes auxquelles l'effet doit être appliqué, ce qui n'est pas le cas avec le .it.
  • Si vous rendez muet un channel, l'opération sera sauvegardée lors de l'enregistrement en .it (donc si quelqu'un lit votre module avec un player quelconque, les channels muets ne seront pas joués), ce qui n'est pas le cas avec le .xm.
  • Lorsque vous enregistrez en .it ou .s3m, seuls les channels utilisés seront sauvegardés ce qui n'est pas le cas avec le .mod et .xm. Si, par exemple, vous utilisez 10 channels dans un module de 16 channels, le .it contiendra 10 channels alors que le .xm en contiendra 16 (dont 6 vides). NB: OpenMPT, à partir de la build  1.13.2.10, a éliminé ce détail.
  • L’effet de cut-off (Zxx avec xx en héxadécimal, compris entre 00 et 7F) et de résonance (Zxx avec xx en héxadécimal compris entre 80 et FF) produit un son légèrement différent selon que vous l’utilisiez dans le format .it ou .xm
  • Seul le format .it vous permettra d’utiliser les New Note Action (NNA) et divers réglages des instruments (tels que le cut-off, la reso, etc.)
  • Si vous écrivez des commentaires dans "comments" et que vous sauvegardez en .xm, les utilisateurs de FT2 ne pourront pas les lire, mais pourront quand même écouter le module.

 
 
 
IMPORTANT: Contrairement à MPT vanilla (qui déjà prenait quelques libertés vis à vis des formats d'enregistrement), OpenMPT rajoute beaucoup de données aux modules (notament pour les VST), ce qui peut les faire passer pour corrompus dans d'autres softs (en plus d'accroitre leur taille). Si vous voulez continuer à faire des modules "traditionnels" (c'est à dire de petite taille, compatibles avec d'autres trackers/players et sans VST), utilisez plutôt la dernière version officielle de Modplug Tracker (la 1.16). OpenMPT est plutôt réservé aux utilisateurs cherchant un outil "nextgen" leur permettant d'exploiter au mieux VST, MIDI et ASIO.


2/ L'interface
 
 Pour notre exemple, cliquez sur file -> new -> IT, vous devriez obtenir ceci:






 L'interface peut se diviser en 4 parties distinctes:
 
 1. C'est la partie commune de toutes les applications de windows: les menus fichiers, édition,… ainsi que les boutons couper/copier/coller, les fonctions de lecture, d'arrêt, etc (nous y reviendrons plus tard).
 2. Cette partie est un explorateur vous permettant de sélectionner vos samples/instruments facilement, cette partie sera abordée lorsque nous verrons comment utiliser des samples.
  3. et 4. C'est ici que vous passerez le plus de temps. Une bonne partie de ce guide traitera de ces 2 champs.
 
 Observez maintenant la partie 3. : remarquez la présence des onglets "General", "Patterns", "Samples", "Instruments" et enfin "Comments". Je détaillerai le contenu de chaque onglet au fur et à mesure que nous créerons notre premier module. Il est à noter que la partie 3 à été totalement remaniée depuis la CVS 1.17.02.22.
 
 Au passage, regardez le bas de la fenêtre, encadré en rouge. Cette zone affiche diverses informations, comme la macro utilisée à un instant donnée dans une colonne donnée, le playback time, le nombre de channels utilisés ou encore l'occupation du CPU (le CPU-meter a été supprimé depuis la version 1.17.02.24 mais peut-être sera-t-il de retour dans une prochaine version?).
 
 
3/ Définition et propriétés du module
 
 
Vous êtes donc sur l'onglet général. Voici un rapide descriptif de la nouvelle partie 3.





1. Ce champ vous permet de donner un titre à votre morceau.
 2. Cette zone vous permet de définir le tempo initial, ainsi que la vitesse de lecture ( = speed en Ticks/row, nous reviendrons plus tard sur cette notion). Restart vous permet de définir la position à laquelle le morceau doit reprendre lorsqu'il est joué en boucle. Par exemple si vous voulez reprendre au 3ème pattern, vous devez mettre une valeur de 2 (car le premier pattern est en position 0). Vous vous rendrez compte par vous même que cette valeur est indépendante du numéro de pattern.
 3. Ici, vous pouvez régler le volume global, le volume général des VSTi ainsi que le volume global des samples. A force de tracker, vous vous rendrez compte que cette fonction est TRES utile.
 5. Ce bouton vous renvoie vers l'onglet "player" du setup.
 6. Ceci est un VU-Mètre bien pratique pour avoir une idée du gain général de votre morceau.
 
 Arrêtons nous un instant sur le champ&bouton 4. Si vous cliquez sur le bouton "Song Properties", vous obtiendrez la fenêtre suivante :






Dans le champ Type, vous pouvez changer le format (xm, it...) ainsi que le nombre de channels (jusqu'à 128!).
 Mais la grosse nouveauté réside dans le champ Tempo.
 
 Vous pouvez choisir plusieurs modes. Le mode Classic va gérer le tempo de la même façon que Modplug vanilla. Avec le mode "Modern", vous obtiendrez un tempo précis, c'est à dire que du 160BPM sera vraiment du 160BPM (à l'origine, modplug ne jouait pas les modules exactement à la bonne vitesse). De ce fait, il est fortement conseillé d'utiliser le mode Modern, ne serait-ce que pour ne pas avoir de problème de synchro si vous devez mixer des séquences MPT avec des séquences provenant d'autres softs audio.
 
 Le champ Rows/beat est aussi utile (même si vous pouvez changer cette valeurs plus tard). En effet, imaginons que vous mettiez un metronome à côté de MPT. Cette option permet de choisir combien de lignes doivent s'écouler entre 2 "battements de métronome". Très utile si vous changez la speed initiale, mais nous y reviendrons plus tard. Le champ Rows/measure ne représente pas une importance vitale dans la majorité des cas, vous pouvez l'ignorer.
 
 La partie Playback est présente dans le but d'assurer une certaine compatibilité avec de vieux modules issus de trackers plus anciens (impulse tracker, ou d'anciennes versions de modplug). Il est fort probable que vous n'en ayez pas besoin, donc inutile de s'attarder dessus.
 
 Revenez à l'onglet Général. Pour notre exemple, entrez 140 comme tempo et 3 en speed (Ticks/row). Ensuite, vous pouvez passer à l'onglet Instruments (nous verrons les onglets patterns et samples un peu plus tard). 
4/ Sélection d'instruments
 
 
 
 
 
A savoir: Un instrument se compose d'un (ou de plusieurs) sample(s) sur le(s)quel(s) on peut appliquer une (ou plusieurs) enveloppe(s)

Commencez par ouvrir le premier exemple, appelé cyberland.it, (via le menu file -> open) réduisez la fenêtre de ce module puis revenez à votre nouveau fichier, nous utiliserons le module d'exemple plus tard. Cliquez sur l'onglet "Instruments" et vous devriez obtenir l'écran suivant:





Vous remarquez que les parties 3. et 4. ont changé d'aspect. La partie 3. vous permettra de modifier les attributs des instruments tandis que la 4. vous permettra d'éditer une (ou plusieurs) enveloppe(s) pour votre instrument. Nous y reviendrons plus tard.
 
 Pour le moment, nous allons nous intéresser à la partie 2. . Elle se compose de 2 sous parties: celle du haut… et celle du bas.
 En fait, la partie du haut vous montre l'arborescence des samples, instruments et plugins VST/DirectX utilisés dans tous vos modules ouverts, mais vous permet aussi d'explorer votre disque dur à la recherche des samples / instruments qu'il contient.
 Si par exemple, vous ouvrez la branche GM.DLS puis la branche melodic, vous aurez accès aux 128 instruments de la GM.DLS. Ils ne sont pas de toute première qualité, mais pour vos premiers pas après avoir terminé ce guide, il seront (presque) suffisants.
 La partie du bas, elle, vous montrera les samples / instruments qui ne sont présents ni dans les modules ouverts, ni dans les différentes DLS ou banques soundfonts, mais dans les répertoires de vos disques durs. Pour faire simple, dans la partie du haut, vous avez les répertoires, et dans la partie du bas vous avez le contenu des répertoires.
 
 Pour en revenir à notre exemple pratique, ouvrez donc la sous-branche "instruments" située dans la branche "cyberland". N'hésitez pas à redimensionner la taille des fenêtres pour une meilleure visibilité. Vous obtiendrez une partie 2 comme ceci:





Nous allons prendre TOUS les samples de ce module d'exemple pour les utiliser dans notre propre module.
 
 Ceci m'amène à une petite précision : Ne rippez pas de samples si vous n'en avez pas l'autorisation. Ripper, c'est prendre un sample dans un module pour l'utiliser dans vos propres compositions. Et si vous rippez, pensez à précisez la source du sample (il est important de ne pas oublier les 'crédits'). Pour ce qui est des instruments du module d'exemple, c'est moi qui les ai créés. Vous pouvez donc les utiliser à volonté (tant que devant chaque sample vous mettez: "@V.III", je ne dirai rien.)
 
 Revenons aux instruments. Si vous double-cliquez sur l'un des noms, vous pourrez entendre l'instrument, ce qui est utile si vous voulez avoir un aperçu du son produit sans pour autant charger l'instrument dans votre module.
 
 Sélectionnez l'instrument 1 et faites un drag and drop (glisser-déplacer) vers la partie 4.
 
 Pour l'instrument numéro 2, vous avez un petit problème: comment importer l'instrument sans écraser l'instrument 1?
 
 Il vous suffit d'utiliser le bouton "New instrument" :





Ce bouton se trouve dans la partie 3.
 
 Vous avez donc créé un instrument 2 vide. Vous pouvez donc importer l'instrument 2 du module d'exemple. Répétez ensuite l'opération pour les 21 instruments.




Vous avez donc maintenant des instruments pour jouer la musique. Il faut maintenant entrer les notes.
 
 Avant, j'aimerais justifier mon choix de l'onglet "Instruments". En effet, dans cet onglet, vous pouvez vous contenter de seulement importer des samples. Cette opération est plus simple que d'importer un sample via l'onglet "Samples" puis de créer un instrument utilisant ce sample. Libre à vous de créer ou non une enveloppe. Je suis conscient que ce choix est discutable, mais c'est un moyen plutôt simple pour l'import de samples/instruments. Je sais que ce que je raconte peut paraître obscur, mais avec l'expérience, vous comprendrez ce que je veux dire.





« Last Edit: September 27, 2011, 10:51:56 by ivo »
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #4 on: September 27, 2011, 12:24:47 »
IV. Composer
 
 Sur ce, il est temps de passer à l'entrée des notes. Cliquez donc sur l'onglet "Patterns". Comme nous n'aurons pas besoin d'autres samples, vous pouvez diminuer la taille de la partie 2 afin d'avoir une meilleure visibilité de vos patterns (ou motifs). Vous devez obtenir ceci :





Je vous laisse expérimenter un peu ce que font les différents boutons, c'est assez simple. Au tout début, le quart de ces fonctions ne vous servira à rien. Les boutons les plus utiles sont: "Play Pattern", "Replay Pattern", Stop", je pense que comprendre à quoi ils servent est assez facile.
 
 Le bouton Record sert à enregistrer les notes. Le bouton VU-Metters est à activer : il vous permet de voir quels channels sont joués, à quel volume (approximativement) et leur position dans le panorama (très approximativement. En gros vous saurez si le channel est joué à gauche ou à droite).
 Les boutons lo/med/hi servent à diminuer ou augmenter l'affichage des patterns. Si vous n'avez entré que des notes, vous pourrez activer le bouton lo et ainsi voir plus de channels, ce qui est parfois utile. Par contre, dès que vous utiliserez des effets, le bouton hi devra être activé. (Notez toutefois que vous pouvez naviguer dans le pattern grâce aux sliders ou au bouton central de la souris).
 Le menu déroulant "Instruments" permet de sélectionner l'instrument que vous allez utiliser.
 L'option Follow song permet de voir le pattern défiler lors de la lecture… je pense que lorsque vous éditerez vos mélodies, vous aurez besoin de désactiver cette option.
 La longue barre du dessous vous montre l'ensemble des patterns de votre track, nous verrons cela plus loin.
 
 Repassons à la pratique :
 
 Commencez par cliquer sur le bouton "Expand Pattern" :





Le nombre de rows devrait passer de 64 à 128. Notez que vous pouvez aussi modifier le nombre de rows en cliquant sur le numéro du pattern qui se trouve à gauche de "Channel 1".
 Et là, tout le monde se demande: "pourquoi?".
 
 Là aussi, c'est un choix que j'ai fait presque arbitrairement: Vous vous souvenez l'histoire de speed et de ticks? Et bien, si vous faites le calcul, vous vous apercevrez que 8 rows à speed 3 équivalent à 4 rows à speed (=Ticks/row) 6. Gardez en tête qu'un tick n'est rien d'autre qu'une subdivision d'une row et que la speed détermine le nombre de ticks dans une row. Je considère que mes 128 rows à speed 3 équivalent à 64 rows speed 6 (il y a le même nombre de ticks, au final), mais qu'il m'apportent une meilleure "résolution". En effet, vous ne pouvez pas éditer précisément ce qui se passe dans un tick, ce qui est gênant notamment lors d'un snare fill ou d'un echo / delay / autre effet de décalage… Nous reverrons ça dans quelques instants.
 
 Occupez vous aussi du réglage des Rows/Beat. En temps normal, c'est à dire en speed 6, il s'écoule 4 rows d'un battement à l'autre. Si vous descendez en speed 3, il s'écoule 8 rows! (Eh oui! Il y a deux fois moins de ticks dans les rows). Cependant... vos plugins VST recevront au mauvais message et, par exemple, au lieu de détecter 160 BPM, ils en détecteront... 320. Pour pallier à cet inconvénient, précisez à modplug qu'il s'écoule 8 rows d'un battement à l'autre et comme par enchantement, vos VST seront de nouveau synchronisés. Si par contre vous passez en speed 12, mettez 2 rows/beat (Bien entendu, ce petit paragraphe est une simplification grossière de la chose. Consultez les différents forums et documentations OpenMPT pour en savoir plus si ça vous intéresse).
 
 Il va de soi que vous pouvez aussi jouer avec ces valeurs de tempo, ticks/rows et rows/beat pour créer des modules originaux.
 
 A ce moment, vous pouvez considérer que vous pouvez enfin commencer à composer. Avec l'habitude, toute l'opération visant à définir le tempo, la vitesse et le nombre de rows prendra 1 ou 2 minutes (si vous savez où vous allez, bien sûr), la sélection des samples, vous la ferez au fur et à mesure, lorsque vous en aurez besoin… C'est bien simple : entre le moment où je lance modplug et le moment où je commence à composer, il se passe maximum 5 minutes… Vous verrez par vous même: les automatismes viennent très vite.
 
 Trève de bavardages et passons à la composition d'un beat pour notre morceau. 
 
 
1/ Le beat
 
 Le beat, dans un module, est très important. Il est composé de différentes percussions ainsi que de basses et marque le rythme de votre musique.
 Nous allons commencer par le basedrum. Pour cela, sélectionnez l'instrument 10:909-BD. Comme nous voulons un battement régulier, sélectionnez le champ "Row spacing" et entrez le nombre 8. Cliquez ensuite sur le row 1 du channel 1 et appuyez sur la touche Q (qui correspond par défaut à la note C-5 qui elle même, dans la plupart des cas, joue le sample à sa fréquence d'origine).
 Vous vous retrouverez dans cette situation:





C-5 10 signifie que vous jouez la note C-5 avec l'instrument 10. Notez que le fait de donner une valeur de 8 au spacing vous permet d'entrer une note tous les 8 rows. Il ne vous reste plus qu'à appuyer sur la touche Q de votre clavier jusqu'à atteindre la fin du pattern (si bien sûr vous avez le keymapping de Modplug Tracker).
 
 Je suppose que vous voulez connaître le résultat de l'opération… appuyez donc sur le bouton "Play Pattern" (pour jouer une seule fois le pattern) ou "Replay Pattern" (pour jouer le pattern en boucle. Et je pense que votre réaction sera: "hé! y a un problème! Mon pattern est joué à 125bpm speed 6!!!". Il y a 2 moyens d'éviter ce problème, vous n'avez qu'à choisir celui qui vous plait le plus:
 
 1/ Une fois que vous avez attribué un tempo et une vitesse à votre morceau, lancez la lecture du module avec le bouton:





puis stoppez le playback.
 
 2/ Lors de la lecture de votre pattern, modifiez le tempo, la vitesse de lecture et les lignes/battement à partir de la barre suivante:





Dans cette barre, entrez les valeurs que vous souhaitez, dans notre exemple, c'est 140;3;8
 
 Le problème est alors réglé. Profitez-en pour remettre Row spacing à 0. Vous pouvez arrêter la lecture de votre pattern si ne n'est pas déjà fait.
 
Maintenant que vous avez votre battement, il serait de bon ton d'ajouter quelques basses. Autant, pour une première expérience, faire très simple. Faites un click droit sur votre Channel 1. Vous allez obtenir le menu suivant, notez que ce menu est extrêmement utile:





Cliquez sur: "Select Column": tout votre Channel 1 se voit alors sélectionné. Faites ensuite ctrl-c ou encore click droit -> copy puis collez votre sélection dans le Channel 2.
 
 Allez maintenant dans le menu instruments et sélectionnez l'instrument 12: 404-Bass-3
 
 Sélectionnez tout votre Channel 2 puis rappelez le menu précédent et cliquez sur "Change Instrument". Ceci aura pour conséquence de mettre l'instrument 12 à chaque note du channel 2.




Le résultat n'est pas terrible: bassdrum et 404-bass sont joués en même temps. Un petit peu de décalage serait le bienvenu. Cliquez donc sur le row 1 du Channel 2. Puis appuyez sur la touche "Inser" de votre clavier jusqu'à ce que le première note du Channel 2 se trouve sur le row 4. (Vous pouvez aussi sélectionner le channel  et faire un glisser-déplacer).
 
 Si vous écoutez votre pattern, vous vous rendez compte qu'il y a un mieux… mais à la longue, c'est un petit peu ennuyeux. Essayez donc d'altérer un peu la structure du basedrum en déplaçant les notes (oui, oui, vous pouvez faire un glisser-déposer de notes, d'effets, etc.). Pour la suite, je vous propose de recopier le Channel 1 du Pattern 9 de l'exemple (cliquez sur le petit carré avec "9" dedans qui se trouve dans la longue ligne contenant des carrés). Bien entendu, il est hors de question d'entrer les notes à la main. Comme précédemment, un simple copier/coller suffit (Modplug autorise le copier/coller d'un module à l'autre mais attention! N'en profitez pas pour ripper illégalement des mélodies!).
 
 Vous pouvez rajouter un snare et des handclaps (profitez-en pour ouvrir le module ex2.it: c'est le module que je suis en train de faire en écrivant ce guide de manière à me mettre à votre place et ainsi de voir si ce que je dis est réalisable).
 
 Vous vous retrouvez donc avec un module contenant un beat composé d'un basedrum, d'un snare, d'un handclap et d'une bassline. Nous allons maintenant donner un peu de punch au morceau en ajoutant 2 loops (ou boucles) : le premier sera un drumloop composé à l'aide de hammerhead rythm station (freeware, disponible ici) et le second sera une boucle de basses composée à l'aide de Rebirth (désormais distribué gratuitement par propellerhead software ici)
 
 En admettant que vous ayez utilisé les 4 premiers channels, placez-vous sur le row 1 du channel 5 et entrez la note C-5 de l'instrument 19 : Funkydrummer140 : vous vous apercevez qu'au bout de 32 rows, le sample s'arrête. Plutôt que de remettre la note tous les 32 rows, nous allons boucler ce sample. Allez donc dans l'onglet "Samples" :





Vérifiez bien que vous ayez sélectionné le sample 19.
 C'est l'occasion de voir en détails les possibilités d'édition d'un sample dans modplug.
 Les boutons du haut les plus importants sont::


Play sample : permet de jouer le sample


Normalize : permet de "normaliser" le sample, c'est à dire que vous amplifiez le sample jusqu'à ce qu'il atteigne une certaine limite de volume (si vous amplifiez encore ce sample après l'avoir normalisé, vous risquez d'obtenir du clipping: en gros vous aurez droit à une saturation très peu agréable à entendre).


Amplify : permet d'amplifier le sample. Attention au clipping, quand même. Notez que modifier physiquement le gain d'un sample dans le sample editor est rarement une bonne idée.


Upsample : permet de doubler la fréquence d'échantillonage du sample.


Downsample : permet de diviser la fréquence d'échantillonage par 2, pratique dans certains cas pour diminuer la taille du track (attention à la perte de qualité)


Reverse : ceci permet de renverser le sample (pratique si vous avez un crash cymbals, ça donne un effet sympathique).


Silence : comme son nom l'indique, ce bouton sert à rendre muet une portion de sample que vous aurez sélectionné. Attention, cette modification ne peut pas être défaite!




En dessous, vous avez le défault volume, global volume : en fait, c'est le volume (entre 0 et 64) auquel est joué votre sample si vous n'utilisez pas d'effet dessus.
 
 Prenez garde! Plus tard nous verrons comment faire un fade in / fade out sur un channel, si durant votre fade, vous utilisez un volume supérieur à ce volume par défaut, vous risquez d'avoir de mauvaises surprises, mais nous y reviendrons plus loin.
 
 L'option set pan permet de définir le panning du sample si vous n'utilisez pas d'effet dessus (en gros, 128, c'est le milieu, 00 c'est tout à gauche, et 255, c'est tout à droite). Même remarque que pour le volume au sujet des effets.
 
 OpenMPT apporte une autre nouveauté: le Pitch Shifting et le Time Stretching. Même si ces effets ne sont pas encore vraiment au point, voici comment ils fonctionnent :
 
 La modification par défaut est le Pitch Shifting. Cliquez sur la case Time Stretching pour basculer vers ce mode.
 
 Le Pitch Shifting permet de modifier la hauteur de votre sample sans modifier sa durée tandis que le Time Stretching permet de modifier la durée d'un sample sans modifier sa hauteur.
 
 En mode Pitch  Shifting, il vous suffit de cliquer sur le menu drop down Pitch et de sélectionner la modification souhaitée.
 

 
En mode Time Stretching, vous pouvez soit sélectionner le pourcentage de stretch dans le champ prévu à cet effet, soit cliquer dans la petite case à côté, ce qui amènera le menu suivant :





Les champs sont assez explicites, inutile de s'attarder dessus.
 
 Les deux effets ont en commun les paramètres suivants:
 Le champ Quality, qui comme son nom l'indique est censé régler la qualité et le champ FFT qui appliquerait un filtre de façons à améliorer le rendu.
 Enfin, le preview mode permet de garder en mémoire le sample avant modification, ce qui permet de faire un rollback si le pitch shift ou le time stretch donnaient un mauvais résultat. Il est conseillé d'activer cette option.
 
 Ce qui nous intéresse maintenant, c'est "Loop" (qui est différent de Sustain loop, celui-ci étant en relation avec l'enveloppe de volume)
 Donc comme nous voulons boucler notre sample, nous allons définir le loop sur "on" (attention, "on" va rejouer le sample du début à la fin alors que bidi va faire un aller-retour: début  -> fin puis fin -> début, d'où son nom: BiDirectional).
 Paramétrez Start sur 0 puis End sur la fin du passage où vous voulez terminer le loop (dans notre cas, c'est à la fin du sample, alors positionnez cotre curseur vers la fin du sample, relevez la valeur indiquée tout en bas:





entrez-la dans End puis augmentez cette valeur au maximum en appuyant sur le flèche partant vers le haut.)
 
 Voilà, vous venez de boucler votre sample. Vous n'avez qu'à entrer une fois la note et elle sera jouée jusqu'à ce que vous décidiez de l'arrêter.
 
 Au passage, il est possible de régler la boucle à partir d'un autre menu contextuel. Pour celà, sélectionez tout le dessin de la wave et faites un click droit, le menu suivant devrait apparaitre :






Zoom permet de zoomer sur la sélection.
 Set As Loop permet de créer une boucle à partir de la sélection
 Set As Sustain Loop permet de créer une boucle soutenue à partir de la sélection
 
 Trim permet de couper tout ce qui n'est pas sélectionné
 Inutile de décrire Cut, Copy et Paste ;)
 
 Notez au passage que si votre sample est en 16 bits, ce menu vous permettra de le convertir en 8 bits (comme nous le reverrons plus loin).


Vous pouvez maintenant faire le même chose avec le sample 20 et entrer la note C-5 de l'instrument 20 sur le row 1 du Channel 6.
 
 Pour arrêter n'importe quelle note dans un channel, il y a 2 touches: "²" et "=" :
 "²" coupe totalement la note, y compris le NNA
 "=" arrête seulement le sustain loop et joue la fin de l'instrument, il fait vraiment la différence avec ² lorsque les enveloppes sont présentes. Je vous conseille d'utiliser cette touche : elle permet au son d'être plus fluide quand votre mélodie est jouée sur plusieurs channels.





Dernières petites précisions si vous utilisez des loops comme des drumloops :
 
  • Veillez bien que votre drumloop ait été samplé au même tempo que votre track
  • Veillez bien à ne JAMAIS changer la tonalité de votre drumloop, cela changerait la fréquence du sample (si vous n'avez pas utilisé le pitch shifting), ce qui diminuerait sa longueur et entraînerait une désynchronisation. Il vous suffit de jouer l'instrument 19 en C-6 pour vous en convaincre. C'est pourquoi vous devez utiliser les loops avec parcimonie.   
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #5 on: September 27, 2011, 12:38:12 »
Passons à présent aux instruments.
 
 Cliquez sur l'onglet "Instruments", vous devriez obtenir l'écran suivant:





Premier point important : Les instruments ne sont pas disponibles pour les formats .MOD et .S3M, et la plupart des options de la partie A ne sont disponibles que dans le .IT.
 
 Le module d'exemple ne nécessitant pas ou peu d'enveloppe, je me contenterai d'une approche théorique, de toutes façons, si vous ouvrez des .xi tout faits (ou encore l'un des instruments de la GM.DLS), vous aurez déjà des enveloppes, des réglages tout prêts, etc.
 
 Pour créer une enveloppe, vous devez passer avant tout par la partie B : la première icône permet de sélectionner l'enveloppe de volume (pour changer le volume sonore de l'instrument), la seconde icône permet de sélectionner l'enveloppe de panning et la troisième (disponible uniquement sous le .it) permet de changer l'enveloppe de pitch ou filter… les 4 icônes suivantes permettent d'activer les différentes enveloppes. Viennent ensuite 3 fonctions de bouclage sur enveloppe, un outil de mapping de samples et enfin une option d'activation/désactivation de la grille.
 
 La partie C permet de dessiner l'enveloppe. Sachez juste que pour créer un point, il faut passer par le menu contextuel disponible en faisant click-droit…
 
 La meilleure chose à faire pour vous entraîner, c'est de créer un module bidon, de charger un sample assez long, puis de modifier les enveloppes pour voir le résultat… je vous laisse le faire tout seul, c'est assez facile et amusant.
 
 Ce qui est important, c'est la partie A (surtout pour le format .it, d'autant plus qu'Open MPT a rajouté un certain nombre de fonctions), même si je ne vous donnerai que de la théorie, je vous conseille vivement de créer un module de test dans lequel vous testerez les différents réglages.
 
 Tout à gauche, vous avez global volume et pan. Comme c'est à peu près la même chose que pour les samples, nous ne nous y attarderons pas.
 Notez que c'est ici que vous pouvez définir différents resamplings pour vos instrus. Le Ramping permet de régler une sorte d'anti-clipping de début de sample. A essayer.
 
 La chose à retenir, pour le .IT, c'est l'utilisation des options de New Note Action… cette option est vraiment utile mais attention! Si vous activez la fonction "continue" ou "Note Fade", le tracker va continuer la lecture de la note même lorsque vous entrez une nouvelle note dans le même channel. Ceci aura 2 conséquences :
 
  • attention à une note qui durerait trop et qui donnerait l'impression que le track joue faux
  • le tracker va créer des channels virtuels supplémentaires, ce qui va augmenter le nombre de channels, et donc demander plus de ressources à votre PC.
En fait, je vous conseille d'utiliser note fade sur des strings ou encore des samples qui seront joués assez longtemps en fond, cela permet une meilleure transition à la séquence et donne l'impression que la mélodie est moins saccadée, plus fluide… là encore, faites vos propres tests.
 
 Quelques autres trucs à savoir:
 
 Le champ "Centre" définit la note pour laquelle le sample sera joué à sa fréquence d'origine.





Ce cadre-là permet de définir quel sample doit être joué pour quelle note. (comme par exemple jouer le sample 32 pour la note C-5 et le sample 33 pour la note C-6)… Vous vous rendrez compte de l'utilité de cette fonction lorsque vos samples seront ridiculement courts pour les notes très aiguës




Le reste est assez parlant de lui-même.
 
 Et si nous passions aux mélodies maintenant? 
 
 
2/ Les mélodies
 
 Il existe 2 types de mélodies : le lead, qui est en quelque sorte la mélodie principale qui caractérise le morceau, et les mélodies d'accompagnement et de transition, qui rendent le morceau plus vivant et qui remplissent "l'espace sonore". Je vous propose de vous rendre dans le pattern 15 du module cyberland.it et de copier/coller les channels 5 et 9 dans votre module d'exercice. Vous obtenez alors un pattern de base contenant 1 beat, 1 lead et 1 accompagnement. Personnellement, j'appelle ce pattern "matrice" car c'est à partir de ce petit bout de module que je vais construire le reste. Il existe plusieurs méthodes pour tracker, parmi elles, je n'en retiendrai que 2:
 
  • Vous créez le module en continu, c'est à dire que dans votre premier pattern vous écrivez le début de l'intro de votre track et ensuite, dans les patterns suivants, vous continuez sur votre lancée et au final, et bien, vos patterns auront une organisation du genre: 1,2,3,4,5…X(dernier pattern)
  • Vous créez 1,2,3 voire 4 patterns qui serviront de matrice, dans lesquels vous piocherez les divers éléments de votre track et que vous effacerez (parfois) une fois le module fini. C'est la méthode que j'utilise actuellement. Elle a l'avantage de vous permettre de toujours garder à l'esprit ce à quoi le module devait ressembler quand vous l'avez commencé. (Au fil du temps, vos mélodies se modifieront, votre beat va changer etc. et si vous ne gardez pas la matrice, il se peut que votre track final n'ait plus grand chose à voir avec ce à quoi vous pensiez au début).
La grosse question qui se pose alors, c'est: "Comment créer tout un track à partir d'un seul pattern?"
 C'est vrai qu'un seul pattern, c'est peu… nous allons voir comment en créer d'autres.
 Toutes les opérations sur le nombre de patterns, leur organisation etc. se font à partir de cette barre:





Le champ "Pattern name" vous permet de donner un nom à votre pattern, ce qui est assez utile pour savoir quel pattern joue quelle partie de votre track. Appelons notre pattern 0 "Matrice".
 La longue barre remplie de carrés est très importante. Les 2 flèches permettent de vous déplacer d'un pattern à l'autre. Si vous faites un click droit sur un petit carré, vous obtiendrez le menu suivant:





Les différentes options proposées parlent d'elles même… il est inutile que je développe. Sachez juste que duplicate pattern permet de créer un nouveau pattern contenant les séquences du pattern sur lequel vous aviez cliqué droit. C'est l'équivalent de create pattern suivi d'un copier coller. Attention si vous faites un copy/paste pattern, vous copierez le pattern, certes, mais imaginons que vous copiiez le pattern 0. Et bien toute modification effectuées sur le pattern 0 après la copie, sera effectuée sur toutes les copies du pattern 0




Notez que vous pouvez déplacer les patterns sur la barre en effectuant un glisser déposer. Notez aussi que depuis la CVS 1.17.02.41, une barre horizontale apparait au dessus du numéro du pattern courrant.
 Que dire d'autre? Vous savez déjà presque tout faire quant à la création et à l'édition de séquences et leur organisation au sein du module.
 Avant d'attaquer avec la partie la plus difficile, technique et intéressante du tracking, les effets, je vais prendre quelques secondes pour vous décrire vite fait le menu qui apparaît si vous sélectionnez une note ou un channel et que vous faites un click droit. Le menu diffère très légèrement, mais dans les grandes lignes vous obtenez ceci:





Mute / Unmute Channel permet de rendre immédiatement muet (ou non) un channel.
 
 Solo
Channel permet de jouer le channel en solo, c'est l'idéal si vous voulez écouter uniquement la séquence que vous éditez.
 
 Mute / Unmute on Transition fonctionne comme Mute / Unmute, sauf que le changement s'effectuera au pattern suivant (ou lorsque le pattern entamera une nouvelle boucle)
 
 Ce menu permet de gagner un temps précieux. En effet, Transpose +1 et -1 permet de changer d'un demi-ton ce que vous avez sélectionné, ce qui vous permet de changer, par exemple, la tonalité des basses entre 2 patterns pour éviter la monotonie.
 
 Transpose +12 et -12 permet de changer carrément l'octave, ce qui parfois est très utile.
 
 Nous verrons Amplify dans la section "effets" car les subtilités de cette option (présente depuis la version 1.16.0180 du tracker) font gagner beaucoup de temps.
 
 Grow et Shrink selection permettent d'aggrandir ou de réduire la taille d'une séquence sélectionnée. En clair, si vous sélectionnez 2 notes placées par exemples en row 0 et 4, ces deux notes vont se retrouver en 0 et 8




Sachez enfin que le champ suivant :





vous permet de définir l'octave la plus grave jouée par votre clavier. (dans le keymapping modplug, la touche "A" jouera la note C-4, et si vous sélectionnez l'Octave 5, cette même touche "A" jouera un C-5)
 
 Pour clôturer ce chapitre sur l'entrée de notes, un petit mot sur l'utilisation de claviers MIDI.
 Vous disposez peut-être d'un clavier MIDI et vous désirez peut-être passer par ce périphérique pour entrer vos mélodies.
 Pour ce faire, la manipulation à effectuer est relativement simple, mais il faut y penser.
 Tout d'abord branchez et allumez votre clavier, puis lancez MPT.
 Allez ensuite dans l'onglet MIDI du setup :






Veillez à bien sélectionner votre clavier MIDI dans le drop down "Midi Input Device".
 
 Les options suivantes seront intéressantes si vous disposez d'un clavier à touches dynamiques :
 "Amplify Midi Velocity" , comme son nom l'indique, va booster un brin la vélocité envoyée par le clavier.
 "Record note velocity" se traduit en fait par l'enregistrement d'un effet vxx (cf. plus loin) à côté de la note correspondant à la vélocité envoyée par le clavier.
 "Record Note Off" insèrera un note off dans le pattern lorsque vous relâcherez la touche du clavier.
 
 Mais sélectionner votre clavier, ne suffit pas, il faut encore dire à MPT que vous voulez l'utiliser. Pour celà, il faut actionner le bouton "Midi Record" :





Maintenant, vous pouvez soit entrer les notes une par une, soit lancer le playback et entrer votre mélodie. Modplug enregistrera les notes au fur et à mesure que vous les jouez.
 
 Il se peut que vous vouliez enregistrer une mélodie sur plusieurs channels, pour jouer plusieurs notes en même temps, par exemple. Pour celà, il vous faudra passer par une autre nouveauté apportée par OpenMPT : le Channel manager. Pour appeler le Channel manager, allez dans "View" puis cliquez sur "Channel Manager". Ceci devrait apparaitre:





Cette fenêtre vous permet de gérer vos channels. Elle se compose de plusieurs onglets, dont les noms sont assez explicites.
 Pour l'instant, nous allons nous focaliser sur l'onglet qui nous intéresse : Record select. Cliquez dessus.





Admettons que vous vouliez enregistrer une mélodie dans les channels 1,2,3 et 4. Il vous suffit de cliquez sur ces channels. Le voyant de ces channels passe au vert, confirmant que vous enregistrerez bien dans ces channels et pas dans les autres.
 Vous remarquerez aussi les boutons Instrument 1 et Instrument 2. Ces boutons sont à utiliser en conjonction avec la fonction "Keyboard Split" présente dans l'onglet "Patterns", qui permet de jouer d'un instrument sur une partie du clavier et d'un autre instrument sur l'autre partie. Ces boutons permettront donc d'enregistrer les deux instruments dans des channels distincts, ce qui peut être utile.
 
 Si vous voulez vous passer du channel manager, il existe une alternative (merci Goor00 ^^). Pour celà, faites un click droit sur le nom du channel où vous voulez enregistrer (dans notre exemple, le channel 1) :





Le menu suivant devrait apparaitre :





Ce menu propose les options suivantes :
 
 Mute Channel : Rend le channel muet
 Solo Channel : Rend muets tous les channels sauf celui sélectionné
 Record Select : Enregistrement de l'instrument 1
 Split Record Select : Enregistrement de l'instrument 2
 
 Notez enfin qu'un simple click gauche sur le nom du channel permet de le rendre muet (ou de le réactiver s'il était déjà muet).
 
 NB : Si vous voulez plus d'informations sur le MIDI dans MPT, je vous renvoie à cet article de Goor00, qui traite en long, en large, en travers et avec beaucoup d'humour le sujet.
 
 Vous voilà désormais capable de créer 50% de vos musiques. Maintenant, voyons les autres 50%.
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #6 on: September 27, 2011, 13:24:15 »
V. Les effets
 
 Nous attaquons à présent la partie la plus difficile et la plus longue à comprendre et à maîtriser. Vous remarquez que dans la plupart des modules, le volume des différentes séquences croît et décroît, que certaines séquences sont à gauche pendant que d'autres sont à droite, etc. Tout cela est contrôlé par les effets.
 
Remarque :
    Pour plus de lisibilité, Modplug signale chaque type d'effet par une couleur différente :
 
  • Les effets influançant le volume d'un channel sont colorés en vert.
  • Les effets influançant le panning d'un channel sont colorés en bleu.
  • Les effets influençant une note sont colorés en jaune.
  • Les effets influençant le track dans son ensemble sont colorés en rouge.
  • Les effets influençant un sample ou un instrument sont colorés en noir.
Il existe 2 types d'effets : les effets de volume (1ère colonne d'effets) et les effets de channel (2ème colonne d'effets). Voici un petit tableau récapitulatif des effets de volume, ces effets sont classés selon leur fréquence d'utilisation: je pense que les effets qui seront en haut du tableau seront ceux que vous utiliserez le plus souvent :
 (N/A signifie: None Available = Non disponible et le "nombre choisi" étant le nombre qui suit la lettre (xx - en décimal - , compris entre 00 et 64), attention, le domaine de définition de ce nombre varie selon l'effet et selon le format)


Nom   Code en .xm    Code en .it 
Résultat

Set Volume   vxx   vxx
Définit le volume de la note (entre 00 et 64)

Set Panning     pxx   pxx
Définit l'endroit du panorama où est jouée la note (entre 00 -> gauche et 64 -> droite)

Volume Slide up   cxx   cxx
Augmente le volume du nombre choisi de manière "fluide"

Volume Slide down   dxx   dxx
Diminue le volume du nombre choisi de manière "fluide"

Fine Volume up   axx   axx
Comme l'effet c, mais de manière plus fine

Fine Volume down      bxx     bxx
Comme l'effet d, mais de manière plus fine

Vibrato speed   uxx  uxx
Définit la vitesse du vibrato

Vibrato depth   hxx   N/A   
Définit l'amplitude du vibrato

Pan slide left   lxx  N/A   
Fait "glisser" le son vers la gauche du nombre choisi

Pan slide right    rxx   N/A
Fait "glisser" le son vers la droite du nombre choisi

Tone portamento  gxx  gxx
Fait "glisser" la note de x demi-tons (x étant le nombre choisi)

Portamento up     N/A  fxx
Fait glisser la note vers des demi-tons plus aigus

Portamento down  N/A  exx
Fait glisser la note vers des demi-tons plus graves

velocity  N/A  :xx
Détermine la vélocité de la note. Ceci est surtout utile pour nuancer le jeu d'un VSTi

offset  N/A  oxx
Définit grosso modo l'offset du sample.




Notez que vous pouvez appeler une liste de tous les effets disponibles en double cliquant sur le row où vous voulez appliquer l'effet, selon la colonne où vous cliquerez vous tomberez sur un onglet différent, alors pour avoir les effets de volume, cliquez sur le second onglet, vous devriez voir apparaître ceci:





Nous verrons plus loin l'application de certains de ces effets, notamment l'effet vxx (volume), qui est quasiment indispensable, d'ailleurs, vous n'êtes pas obligé d'entrer la lettre "v", il suffit de positionner le curseur sur la colone d'effets de volumes dans le channel et au row où vous voulez changer le volume et de taper un chiffre entre 0 et 64, Modplug ajoutera automatiquement le v devant. Prenez garde si vous avez modifié le global volume de l'instrument ou du sample! Si par exemple, le global volume est de 48 et que vous entrez un effet du genre v64, le sample sera joué à un volume de 64 et non de 48, nous verrons plus loin pourquoi il faut faire attention à ce détail.

Remarquez aussi que ce système de menu déroulant est parfait pour les débutants: vous avez directement accès à tous les effets sans avoir à apprendre par cœur toutes les commandes… Et avec le temps, vous finirez par entrer vous même les lettres et les paramètres.

Mais cette colonne d'effets est plutôt pauvre, pour obtenir un meilleur contrôle sur le son, penchons nous sur le 3ème onglet, qui permet de sélectionner les effets de channel.  :





Cet onglet permet un grand nombre d'effets. Je vous conseille de vous reporter à l'aide de modplug pour avoir la liste complète… Attention, il peut parfois y avoir conflit entre un effet de volume et un effet de channel, par exemple si vous définissez un v64 avec un C00 pour un .xm ou V00 pour un .it: c'est l'effet de channel qui prime.


Voici les effets à retenir, vous trouverez dans le tableau suivant une liste d'effets que vous utiliserez souvent, les effets sur le panning ou encore sur le volume seront décrits en détail plus tard… il y a pas mal de choses à dire dessus.
 (N/A signifie "non disponible" et xx (en hexadécimal) représente le paramètre de l'effet, souvent entre 00 et FF)




Nom   Code en .xm  Code en .it
Résultat




Set panning  8xx  Xxx
 Définit le panning

Set Vol  Cxx Mxx
 Définit le volume de la note (ou du channel entier pour le .it)

Set Global Volume Gxx Vxx
 Définit le volume global (c'est à dire de tous les channels)

Set Offset 9xx  Oxx
 Définit l'offset du sample, ce qui change le son

Retrigger Note Rxx  Qxx
 Rejoue la note tous les xx ticks

Midi macro  Zxx  Zxx
 Utilise la macro MIDI (cf. plus loin)

Set speed  Fxx (de 00 à 1FAxx
 Change la vitesse du track pendant la lecture

Set tempo  Fxx (de 20 à FFTxx
 Change le tempo du track pendant la lecture

Sound control  X9S9x
 Permet de sélectionner diverses options sur le channel

Pattern break  Dxx  Cxx
 Permet de sauter au row xx du pattern suivant

Position jump  Bxx  Bxx
 Va au row xx du pattern actuel




(Les effets #xx et \xx sont des nouveautés instaurées par Open MPT que nous aborderons sommairement dans la partie consacrée aux VST.)
 
 Je ne saurais que trop vous conseiller de tester par vous même tous ces effets… Rien qu'avec ces quelques effets, vous pouvez aller très loin… Je vous propose de voir certains de ces effets à l'œuvre dans diverses techniques :
 

 
1/ Quelques effets sur le volume
 
 
a) L'écho
   

 
Ceci est une technique très simple visant à répéter une séquence avec un certain delay et en baissant le volume.
 Pour le delay, vous avez 2 possibilités:
 
  • Vous pouvez copier le channel, puis insérer des lignes (n'oubliez pas de rajouter les notes éventuellement coupées dans le pattern suivant!)
  • Utiliser l'effet "Note Delay" (EDx pour .xm et SDx pour .it)
Pour le volume, il suffit de passer par l'effet vxx, pour cela, ne perdez pas votre temps à entrer toutes les valeurs, sélectionnez votre channel puis amenez le menu contextuel et sélectionnez amplify (notez que le bouton "amplify" dans la toolbar de MPT vanilla a disparu dans OpenMPT).
 
 Ensuite, entrez le pourcentage du volume. Voici les pourcentages (et les volumes correspondants) les plus utilisés (si vous appliquez l'amplify sur un channel dont le volume initial est de v64) :
 
 88%->v56 ; 75%->v48 ; 50%->v32 ; 37%->v24 ; 25%->v16
 
 Pour vous entraîner, prenez le lead du module d'exemple, et copiez/collez-le à partir du row 12. Ensuite, appliquez un amplify de 75% de manière à mettre le volume à v48. Si vous jouez votre pattern maintenant, vous vous apercevrez que l'écho est coupé à chaque fois que vous revenez au début du pattern. Si vous avez bien suivi ce que j'ai dit précédemment, vous aurez deviné pourquoi. Pour y remédier, copiez/collez les notes manquantes et mettez y le bon volume.
 
 
 
b) Changer une simple séquence de hithat
 
 Dans vos premiers mods, vous aurez tendance à faire un beat dans ce genre là :





Où, le sample 10 est un bass drum et le sample 21 un Open Hithat
 Bien entendu, c'est très monotone, ce boom-tchin-boom-tchin.
 
 Pour donner du punch à votre rythme, vous devriez rajouter un écho ressemblant au screenshot suivant, cela donnera une meilleure impression:





Mais vous pouvez aller plus loin en rajoutant une séquence de closed hithat comme celle-ci :





Tout de suite, le beat semble un peu plus vivant, non?
 
 Le  volume est très important dans un beat. Les screenshots ci-dessus ne sont que des exemples parmi tant d'autres, laissez libre cours à votre imagination et essayez divers réglages pour vos echos, vous trouverez peut-être une technique particulière qui caractérisera vos mods, qui sait?
 
 
c) Fade in/out
 
 Vous aurez probablement remarqué que la plupart du temps, les séquences n'apparaissent pas brutalement. Parfois, leur volume augmente et diminue tout doucement. C'est ce que l'on appelle un fade: le fade in (fondu en ouverture) fait apparaître une séquence, un fade out (fondu en fermeture) la fait disparaître et un cross fade (fondu enchainé) permet de glisser entre 2 séquences (en gros, vous faites un fade in sur un channel pendant que vous faites un fade out sur un autre channel. Pour plus de précisions, vous pouvez vous reporter au tutorial sur le X-Fade de Goor00 disponible sur MPT-Fr).
 
 Il y a deux façons de procéder :
 
 
  • Mettez un v64 au début du channel et un v00 à la fin (pour un fade out) ou bien v00 au début et v64 à la fin (pour un fade in), puis sélectionnez le channel et cliquez droit, le menu contextuel suivant devrait apparaître:



Il vous suffit de cliquer sur "Interpolate Vol Col" pour obtenir votre fade (Oui, le libellé de la fonction a changé depuis les anciennes versions d'OpenMPT).


Vous n'avez qu'à sélectionner le channel et amener le menu "Amplify" :





Vous n'avez qu'à sélectionner Fade In ou Fade Out ET à faire attention au volume du sample! En effet, si, par exemple, vous avez mis un global volume de 48, il faudra mettre Amplify by 75%, sinon, vous aurez de mauvaises surprises!!!


Pour ce qui est des introductions et des fins de modules, le fade in/out du premier ou du dernier pattern est un effet très utilisé, car très simple et très efficace : il vous suffit de procéder comme indiqué dans la méthode 1 MAIS en changeant ceci:

    * Cette fois, il faut utiliser l'effet de channel Gxx (pour .xm) ou Vxx (pour .it) dans n'importe quel channel pour affecter tout le pattern. Et attention, cet effet touche au global volume, donc si au milieu de votre module vous mettez G00 ou V00, ne vous étonnez pas qu'il n'y ait plus du tout de son après…

    * Il se peut que vous ayez 2 "Interpolate quelque chose" l'un en dessous de l'autre, dans ce cas, il faudra sélectionner "Interpolate Effect".


d) Comment faire pour que les strings d'accompagnement ne s'arrêtent pas abruptement?

Il existe 2 moyens:

    * Vous activez le note fade pour l'instrument utilisé. Malheureusement, cette méthode ne marche qu'avec le format .it et avec des samples non loopés ou alors possédant la bonne enveloppe.
    * La meilleure solution est de mettre la mélodie sur plusieurs channels et d'utiliser sur la première note l'effet Axx pour le .xm ou Dxx pour le .it (où xx est la vitesse en hexadécimal à laquelle le volume doit diminuer) à partir du moment où commence la seconde note et jusqu'à ce que la première note soit inaudible et ce, pour chaque note.

2/ Le panning

Après le volume, attaquons le 2ème effet indispensable: le panning. Pour vous décrire cet effet, je vais traduire et résumer ce que dit XRQ dans le Tracker's Handbook : tout y est dit on ne peut plus clairement, mais en Anglais.

a) Le panning? Késako?

Tout d'abord, sachez que lorsque vous jouerez une grande quantité d'instruments sans changer de panning, tous ces instrus vont se mélanger et vous obtiendrez un résultat peu agréable à écouter, il faudra donc séparer tout ce beau monde. Le panning est en fait la position qu'occupera votre note dans le panorama sonore (en gros: à droite ou à gauche). Tout se fait par l'intermédiaire de l'effet de channel 8xx pour le .xm et Xxx pour le .it ou par l'effet de volume pxx qui est un peu moins précis ou encore par une enveloppe de panning, qui est utile si vous avez déjà utilisé un effet de volume et un effet de channel. Nous n'étudierons dans ce guide que l'effet de channel, qui est très couramment utilisé.

Avant de vous lancer à corps perdu et de mettre 128 instruments (Open MPT propose désormais 128 channels, pour tracker, au lieu de 64 pour MPT vanilla) chacun avec un panning à lui, sachez qu'une oreille humaine standard ne peut discerner que 13 points de panning maximum, alors les valeurs entre 2 points, vous ne vous en servirez que pour faire un slide, par exemple.

Voici un tableau récapitulatif des différentes valeurs que vous pouvez donner au paramètre xx (en hexadécimal) de l'effet 8xx ou Xxx, je vous conseille vivement de l'imprimer : il est plus qu'utile au début :





Dernière recommandation :
 Evitez de mettre tout à droite ou tout à gauche : il faut équilibrer la balance gauche/droite: si un lead est joué en 54, je vous conseille de mettre un autre lead ou un autre élément en AB pour équilibrer… la symétrie donne toujours de bons résultats… mais vous pouvez faire une exception pour tout ce qui est  SFX, vocals, etc.
 
 
b) C'est bien beau, le panning, mais je peux pas aller plus loin avec?
 
 Vous avez déjà entendu parler de delay? Tenez, un petit exemple vite fait, bien fait : prenez le module d'exemple, recopiez le lead encore une fois de façon à obtenir un décalage identique au screenshot:





Ensuite mettez les effets X00 et XFF : certes, la mélodie ne se prête pas à  un effet pareil, mais cela vous donne une idée de ce qu'est le delay : l'echo provient de droite et de gauche, et la mélodie est tout de même changée! Attention toutefois : Dans un .it, l'effet Xxx ne disparaît pas : si vous voulez rejouer le channel au milieu, plus tard, vous devrez entrer l'effet X7F. Ce n'est pas le cas avec le format .xm, où l'effet 8xx doit être affecté à chaque note.

addendum : il y a un autre exemple de delay dans le module cyberland.it, aux channels 12 à 15 à partir du pattern 7

Notez que vous pouvez obtenir un résultat similaire avec un effet VST (MDA_DELAY ou VPingPong par exemple). L'utilisation de VST peut grandement améliorer le rendu sonore. De ce fait, vous POUVEZ obtenir un meilleur résultat en les utilisant (moins de channels utilisés, meilleurs rendu, etc.) . Cependant même pour un simple delay, il n'est pas toujours évident de trouver LE bon réglage, aussi, je vous conseille de connaitre les bonnes vieilles petites astuces, au cas où. Nous reprendrons les VST plus tard.


Vous pouvez aussi rajouter un peu de vie à votre beat grâce au panning: essayez de mettre un effet X6A pour le channel des drums et un effet X94 pour le channel des basses: cela donne l'impression que les 2 séquences se répondent, ce qui est assez sympathique… mais évitez pour ce genre de choses d'utiliser des valeurs extrêmes comme 00 et FF.






3/ Les macrocommandes (=macros) MIDI
 
 Voici un effet extrêmement puissant, mais aussi très complexe à utiliser. Il vous permet par défaut de contrôler le cut-off et la résonance de votre instrument, mais aussi de piloter les paramètres de vos effets VST/DMO (que nous verrons plus loin).
 
 Voyons tout d’abord ce que nous permet le contrôle du cut-off et de la résonance.
 
 Modplug hérite d'une fonction issue de Impulse tracker : un filtre passe-haut / passe-bas. Un filtre passe-bas ne laissera passer que les fréquences situées sous un seuil de coupure (le cut-off), situé entre 130Hz et environ 5kHz, alors que le filtre passe-haut ne laissera passer que les fréquences situées au-dessus de ce seuil. Vous disposez aussi d'un filtre de bade-passante, ou seules les fréquences situées autout d'un seuil passeront.
 
 Pour régler ce seuil, il vous suffit d’utiliser l’effet Zxx avec xx compris entre 00 et 7F.
 
 La résonance, est un paramètre plutôt compliqué à expliquer. Je vous laisse expérimenter la chose. Vous pouvez la régler en utilisant l'effet Zxx avec xx compris entre 80 et FF
 
 Ouvrez l'exemple Zxxex.it pour voir ce que peut donner: les channels 1 et 2 montrent l'effet Zxx appliqué à un sample du genre TS-404 (leads, basses, etc.) et les channels 3 et 4 contiennent une séquence de snare.
 
 Comme vous pouvez le voir dans le pattern 0, Z00 met le cut-off à 00, c'est à dire que quasiment toutes les fréquences sont coupées. Faire accroître la valeur de xx jusqu'à 7F va non seulement modifier le son, mais aussi augmenter son volume. Ce qui peut se révéler être un alternative intéressante au classique fade-in/fade-out.
 Dans le pattern 1, vous remarquerez que le cut-off et la reverb sont modifiés simultanément. Voici comment un moyen de procéder. Il n'est pas très optimisé, mais il fonctionne:
 
  • Cherchez (à tâtons) les valeurs pour lesquelles l'effet Zxx modifie réellement quelque chose. En effet, selon le sample que vous utilisez, le son peut être coupé à Z0F (par exemple) et la reverb peut ne plus changer à partir de ZAB (c'est aussi un exemple). Le mieux est de mettre Z00 au row 0, ZFF au dernier row, d'interpoler la valeur, de jouer le pattern et de voir les valeurs pour lesquelles le son change effectivement, puis de répéter l'opération avec Z80 -> ZFF.
  • Créez votre automation pour le Zxx du cut-off dans un channel, puis celle du Zxx de la résonance dans un autre channel (si vous n'utilisez que le cut-off vous pouvez directement créer votre automation dans le channel désiré et sauter toutes les autres étapes).
  • Mélangez les 2 automations: par exemple, à chaque row impair, vous mettrez le Zxx correspondant au cut-off et à chaque row pair, vous mettre le Zxx de la résonance.
  • Copiez/Collez la colonne d'effet obtenue (juste la colonne d'effets, pas les notes) dans le channel jouant la séquence où vous voulez modifier le son.
Bien entendu vous pouvez faire ce que vous voulez, comme automation. Les possibilités sont trop nombreuses pour être détaillées ici. Je vous conseille fortement de tester cet effet.
 
 Enfin, notez que vous pouvez modifier les effets contrôlés par la commande Zxx tout simplement en cliquant sur ce bouton :





Ce qui amènera la boite de dialogue suivante :





Première chose marquante : cette boite de dialogue a été totalement refondue dans OpenMPT, même si son comportement reste sensiblement similaire à MPT vanilla.
 
 Tout d'abord, il faut savoir que les macros peuvent se sélectionner dans les patterns par l'effet "Set Active Macro" (SFx - version .it - ou EFx - version .xm - avec x compris entre 0 et F). Le premier champ de le boite de dialogue, "Current Macro" va vous permettre de définir quel SFx fera quoi.
 
 Concrètement: par défaut, seule la macro 0 est configurée. Si vous créez une nouvelle configuration (Macro 1), vous devrez entrer comme effet de channel SF1 pour que le Zxx soit défini par la Macro 1 au lieu de la Macro 0.
 
 N'oubliez pas de cocher "Embed macro configuration when saving" pour garder votre configuration des macros et permettre à ceux qui liront votre module d'avoir la même configuration.
 
 NB : Avec l'effet Zxx: dans les musiques électroniques, notamment la trance et ses dérivées, le cut-off avec une reso assez élevée se marie très bien avec un echo ou un delay.
 
 Mais les macros servent aussi à automatiser les réglages de VST/VSTi, comme nous le verrons plus loin.
 
 
4/ Heu... Et à part ça?

Il existe beaucoup d'autres effets, notamment, l'effet Set Offset (9xx pour le .xm ou Oxx pour le .it) qui permettent de jouer un sample différemment. Ce qui est assez intéressant avec cet effet, c'est que plus la valeur est forte, plus le sample paraît "acide" mais aussi plus son volume est faible, donc si vous trouvez une valeur maximale au-delà de laquelle vous n'entendez plus rien, et bien qu'est-ce qui vous empêche de faire un fade avec? Procédez comme pour l'effet Vxx, et cette fois ci, non seulement vous aurez un fade, mais en plus, le son semblera prendre de l'amplitude ou en perdre, tout dépend du sens de votre fade… Mais je suis sûr que vous trouverez d'autres applications à cet effet.


Pour le format .it, vous pouvez utiliser l'effet S9E (jouer le sample normalement) et S9F (jouer le sample à l'envers) pour définir le sens de lecture d'un sample.
 
 Pour créer un snare fill, et même pour savoir à quoi ça ressemble, je vous conseille de jeter un coup d'œil au channel 6 du pattern 12 du module cyberland.it. Au passage, vous pourrez voir l'effet "Retrigger Note" (Rxx pour .xm et Qxx pour .it) à l'œuvre: en gros, il rejoue la note tous les xx ticks.

Puisqu'on parle de beat, voyons un peu les effets modifiant la vitesse (Fxx avec xx compris entre 00 et 1F en .xm et Axx en .it) et le tempo (Fxx avec xx compris entre 20 et FF en .xm et Txx en.it)

Ouvrez le module speed.it. Le tempo change au cours du track. Mais plutôt que de changer brusquement, il est parfois préférable de mettre le tempo de départ, puis un peu plus loin le tempo d'arrivée puis d'interpoler la valeur de Txx entre les 2. Ce qui donne un effet de transition plus agréable qu'un changement brutal de tempo. Vous remarquerez aussi la présence d'un autre effet (patterns 7,8 et 9, channel 1). C'est un changement de vitesse fait de telle sorte qu'au final, bien que la vitesse va de 2 à 4, la vitesse MOYENNE du pattern reste de 3. Cet effet est difficile à décrire. Disons que votre beat paraîtra plus dynamique et moins linéaire. Mais veuillez prendre les précautions suivantes:

    * Veillez à bien remettre la vitesse normale avec Axx (avec xx= votre vitesse) lorsque vous avez fini d'utiliser votre effet au cours du track.
    * Si vous ne jouez pas de note lorsque le changement de vitesse a lieu, votre effet sera tout simplement inutile.

Le mieux est que vous expérimentiez par vous même cet effet, qui se révèle être très amusant.

Pour le reste… et bien, je ne peux pas encore tout traiter ici pour le moment, donc je vous conseille d'ouvrir le plus de modules possibles et de voir ce qui y a été fait et comment.
« Last Edit: September 27, 2011, 14:29:49 by .^o »
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #7 on: September 27, 2011, 14:37:25 »
VI. Utilisation de plugins VST/VSTi
 
 Depuis sa version 1.16, Modplug Tracker gère les effets VST et les DMO, ainsi que, dans une moindre mesure, les VSTi (instruments VST).
 
 Il est à noter que les développeurs d'OpenMPT travaillent d'arrache-pied sur cette gestion de plugins afin de la rendre plus facile d'accès et plus stable. OpenMPT a déjà fait un bond énorme dans ce sens, même s'il reste encore du chemin à parcourir. Voyons donc un peu cet aspect, qui justifie à lui seul l'utilisation d'OpenMPT par rapport à MPT vanilla.
 
 
1/  VST? DMO? Kékécé?
 
 VST est l'abréviation de Virtual Studio Technology et a été introduit par Steinberg dans son logiciel Cubase. Ces plug-ins étant très pratiques, leur support a vite été implanté dans de nombreux logiciels de création audio. C'est très simple, les plug-ins permettent d'appliquer n'importe quel effet à vos pistes audio. Cela va d'un simple delay stereo au flange/gate et compagnie.
 
 Les DMO (Direct Media Objects) permettent la même chose, sauf qu'ils ont été programmés pour utiliser l'API Direct X 8.1 et ultérieur. Il est à noter que les effets et instruments DX (que vous pourrez trouver sur divers sites spécialisés) ne sont pas encore pris en charge par MPT.
 
 L'utilisation des effets VST/DMO entre dans le cadre du mastering (les derniers réglages sensés améliorer la qualité de vos productions, en somme).
 
 Depuis peu (avec la norme VST 2.0) sont aussi apparus les VST Instruments, qui sont des synthétiseurs logiciels permettant de créer directement vos sons dans MPT sans passer par des samples.
 
 
2/ Utilisation des plugins
 
 
a) Installer et charger un plugin
 
 Pour ce faire, nous allons utiliser le panneau de contrôle prévu à cet effet (si l'on peut dire). Il se trouve dans l'onglet "General". Cet élément s'est considérablement complexifié dans OpenMPT et propose désormais des options très puissantes. Vous devrez peut-être ajuster votre fenêtre pour le voir en entier, ou encore scroller afin d'en faire le tour. Ce panneau se présente de la façon suivante :






Tout d'abord, voyons comment gérer les VST/VSTi dans OpenMPT.
 
 Open MPT ne détecte pas encore automatiquement les modifications que vous pouvez faire à votre répertoire "VST". De ce fait, lorsque vous installez de nouveaux plugins, il faut le signaler à votre tracker.
 
 Pour vous exercer, commencer à télécharger les plugins suivants, nous en aurons besoin tout à l'heure (les liens ont été testés le 17 Avril 2006 et fonctionnent) :
 
  • Aska Ayum et Aska Draw (disponibles ici : http://www5.plala.or.jp/wantech/vst/ ) que vous placerez dans votre répertoire "Intruments"
  • PolyIblit (regardez dans ce coin : http://www.bostreammail.net/ers/polyiblit.html ) que vous placerez aussi dans votre répertoire "Instruments"
  • VPingPong (hébergé là : http://www.sonicspot.com/vpingpong/vpingpong.html ) que vous placerez dans votre répertoire "Effets"
  • LFX1310 (par ici, le download : http://www.luxonix.com/home/en/products-lfx1310.html ) que vous installerez dans le répertoire "Effets".
  • Notez que mis à part le LFX1310 (qui dispose d'un install intégré), les plugins sus-cités s'installent en décompressant simplement leur archive dans le répertoire de destination.
     
     Une fois les plugins téléchargés et installés, il faut maintenant signaler à votre tracker que des plugins sont disponibles. Pour celà, cliquez sur Select, ce qui devrait amener la boite de dialogue suivante :





    Cette fenêtre vous servira non seulement à choisir vos plugins, mais aussi à les gérer grâce aux boutons Add Plugin et Remove. Cliquez donc sur Add Plugin, naviguez jusqu'à vos VST et ajoutez-les. Ils devraient apparaitre dans la liste. Vous aurez deviné que pour supprimer un plugin de la liste, il vous suffira de le sélectionner et de cliquer sur Remove.
     
     Voilà, vos plugins sont installés et pris en charge par MPT. Fermez maintenant la boite de dialogue (en cliquant sur la croix en haut à droite de cette dernière, ou tout simplement sur ok) et tentez de charger le module d'exemple vst.itp. A priori tout devrait bien se passer... une minute... un . itp? C'est nouveau, ça!
     
     Et bien oui, OpenMPT apporte un (presque) nouveau format : le Impulse Tracker Project.
     Ce format reprend en fait l'ancien .it, avec ses effets et ses caractéristiques, mais rajoute quelques fonctions, comme un enregistrement des paramètres des VST.
     L'une des "limites" de ce format réside dans le fait que pour enregistrer un tel module, vous devez d'abord enregistrer séparément chaque instrument (d'où la présence du répertoire "instrus" contenant les instruments utilisés dans le track d'exemple).
     
     Si tout s'est bien passé (croisons les doigts), MPT a ouvert le module vst.itp. Observez un peu ce qu'il s'y passe puis créez à côté un nouveau module pour faire vos expérimentations. Remarquez au passage qu'un effet vxx a été placé systématiquement à côté de chaque note. Avec certains plugins, si aucune vélocité n'est envoyée, il n'y a aucun sort qui sort. Le fait de mettre un vxx vous permet d'éviter de ne pas avoir de son sortant de votre plugin.
     
     Votre nouveau module est prêt? Alors occupons nous des plugins.
     
     Revenez au panneau de contrôle qui se trouve dans l'onglet général. Nous allons apprendre à charger nos plugins. Nous commencerons par le LFX1310. Déroulez le menu contenant à l'origine "FX1: undefined" et placez-vous sur le FX14 (nous verrons plus loin pourquoi). Cliquez sur select, choisissez le LFX1310 dans la liste puis cliquez sur Ok. Bravo, vous venez de charger votre plugin dans le tracker!
     
     Passons maintenant à la partie intéressante de la chose : comment s'en sert-on?
     
     
    b) Application des effets chargés dans le tracker
     
     Votre plugin est chargé, il faut maintenant l'appliquer. Si vous vous amusez à copier les channels 5,6,7 et 8 contenant la rythmique du track d'exemple dans votre nouveau track, vous verrez que les 2 tracks ne sonnent pas pareil. Normal, le VST est chargé mais pas encore utilisé. Voyons sans plus tarder la première façon d'appliquer un VST : sur un channel.
     
     Pour appliquer un effet VST sur un channel, il existe plusieurs façons de procéder.
     
  • Vous pouvez (tout comme dans MPT vanilla) utiliser le menu déroulant du panneau de contrôle pour sélectionner le plugin à appliquer sur le channel de votre choix, comme le montre ce screenshot :



  •  Notez bien que seuls les FX dans lesquels ont été chargés des plugins apparaissent dans la liste


    Si le panneau de contrôle vous rebute, ou si vous êtes dans le patter editor, vous pouvez aussi sélectionner un VST en effectuant un click droit sur la ligne située juste sous le nom du channel, ce qui amènera un nouveau menu, comme le montre cette image :





    Appliquez donc le LFX1310 aux channels jouant la rythmique dans votre track. Si vous lancez un playback, vous constaterez que le résultat est différent de celui de l'exemple. Normal, après avoir appliqué un effet, il faut le régler. Mais avant d'apprendre à régler un VST, apprenons une autre façon d'appliquer un VST : sur les instruments.
     
     Oui, il est aussi possible d'appliquer un VST (ou un VSTi) dans un instrument.
     
     Dans votre track, chargez l'Aska Ayum dans le FX1. Ceci fait, allez dans l'onglet Instruments et créez un nouvel instrument. Vous devriez obtenir un instrument 1 vide. Ne mettez aucun sample dedans. Au lieu de celà, allez dans la partie Plugin/Midi de l'onglet et sélectionnez-y l'Aska Ayum, comme le montre l'illustration suivante :





    Vous pouvez maintenant jouer de l'instrument 1 comme s'il contenait un sample, sauf que cette fois-ci, il ne s'agit plus d'un échantillon statique, mais d'un instrument virtuel dont vous pouvez modifier la synthèse en temps réel.
     
     NB : Le menu déroulant Midi / VSTi Channel n'est pas ici pour faire de la décoration. Certains plugins peuvent proposer plusieurs channels afin de jouer de plusieurs instruments différents. Comme par exemple un piano sur le channel 1 et un violon sur le channel 2. Avec un seul intrument sous modplug, vous allez avoir du mal à gérer ça. Donc, vous pouvez attribuer le même VSTi à plusieurs instruments sous MPT, et ne changer que le Midi channel. Ceci vous permettra de ne charger qu'un seul VSTi pour jouer de plusieurs intruments (si bien sûr le VSTi en question propose plusieurs channels).
     
     Maintenant que vous savez charger et appliquer vos VST/VSTi, voyons maintenant comment les régler.
     
     
    c) Réglage des VST/VSTi
     
     Comme nous l'avons vu précédemment, il faut régler les VST pour obtenir quelque chose d'intéressant. Pour celà, il faut appeler l'interface du VST que vous voulez régler. On peut appeler cette interface de plusieurs façons :
     
     En cliquant sur le bouton Edit du panneau de contrôle de l'onglet General.





    En cliquant sur le bouton Plugin de l'onglet Patterns.





    En cliquant sur le bouton Editor de l'onglet Instruments.





    Notez qu'il existe, en plus des macros (que nous verrons plus loin), un moyen de ne pas passer par l'interface du plugin pour le régler. Il vous suffit de sélectionner le paramètre de votre choix dans le panneau de contrôle de l'onglet General et de modifier sa valeur, ce que montre le screenshot suivant :





    Utilisez l'éditeur pour obtenir un réglage du LFX1310 similaire à celui du track d'exemple. Notez que vous pouvez aussi utiliser des presets si le VST utilisé en dispose.
     
     Chaque plugin a son comportement propre. Il m'est donc strictement impossible dans ce tuto de vous faire un cours sur comment régler ces petites bêtes. Là encore, vous ne pourrez vous fier qu'à vos expériences personnelles.
     
     Pour en finir avec les réglages des VST, parlons un peu de la partie Mix Settings du panneau de contrôle. Cette partie est très importante et ce serait une erreur de la négliger. Les Mix Settings se présentent ainsi :





    Sur la gauche se trouvent 4 cases cochables :
     
  • Master permet d'appliquer le plugin à tout le track.
  • Bypass permet de désactiver le plugin et ainsi tester la différence entre une séquence sans plugin et la même séquence avec plugin.
  • Expand est une option s'apliquant sur le mix wet/dry que vous n'utiliserez probablement pas. En temps normal, lorsque le slider wet/dry est à gauche, vous avez 100% wet et 0% dry (reportez vous au paragraphe suivant pour comprendre ce que cela veut dire), et lorsqu'il est à droite, 0% wet et 100% dry. Avec expand, la plage de variation se situe entre -100% et 100%, la position centrale du slider valant 0%. Reportez vous au wiki pour en savoir plus (merci à l'auteur de l'article, au passage).
  • Dry mix est à utiliser en conjonction avec le slider se trouvant à côté. Ce que nous allons voir tout de suite.
  • Pour reprendre l'image qu'avait donné Goor00 dans un de ses tutos, le slider dry/wet fonctionne comme un robinet régulant la proportion avec/sans effet. Lorsqu'il est sur dry, vous n'entendez que la séquence source sans effet. Lorsqu'il est sur wet, nous n'entendez que le rendu de l'effet sur la séquence. Ce slider vous permet alors de doser entre la séquence avec et sans effet. L'option Dry mix va simplement booster le volume de la séquence sans effet. Parfois, utiliser cette option peut donner des résultats intéressants.
     
     Sur la droite, l'option Mix mode propose plusieurs types de mixage entre la séquence "dry" et la séquence "wet". A vous de les tester.


    L'option Gain est très importante. Il faut savoir que le son produit par les VST/VSTi est traité sur un canal différent de celui des samples. De ce fait, pour l'instant, quasiment aucun de vos effets de channel ne s'applique aux VST/VSTi! C'est pour celà que dans le module d'exemple, le pad s'arrête abruptement au pattern 9 : il est quasiment impossible de créer un fade out via les effets built in du tracker. Quasiment car, comme nous le verrons plus loin, il est possible de ruser, si le plugin le permet.




     Pour l'instant seuls les effets suivants fonctionnent avec les plugins : 
     
  • SFx (EFx en xm) pour définir la macro en cours 
  • Zxx pour régler la macro)
  • \xx pour régler plus finement la macro
  • SDx (EDx en xm) pour définir un note delay
  • #xx qui définit un paramètre X, afin d'aller au-delà de la valeur FF (cf. FAQ)
  • Autre conséquence, le volume des VSTi est indépendant de celui des samples, ce qui peut parfois s'avérer gênant. Il y a fort à parier que le track d'exemple présente des différences dans les volumes entre mon PC et le votre.
     
     Pour en revenir à l'option Gain, et bien c'est tout simplement elle qui vous permet de régler les volumes des VST/VSTi. (Enfin... A partir d'OpenMPT 1.17.02.22, il est possible de régler aussi le volume général des VSTi...)
     
     Enfin, Output to est aussi une fonction extrêmement importante. Elle permet d'envoyer le signal produit par un VST vers un autre VST. On peut ainsi construire ce que l'on appelle un chainage. Par exemple, dans le track vst.itp, j'ai chainé l'Aska Ayum sur le VPingPong de façon à appliquer un delay sur la séquence jouée par le VSTi. J'aurais pu ensuite envoyer le signal issu du VPingPong vers un autre effet.
     
     Mais le chainage des VST dans Open MPT obeit à une petite règle que n'ont pas d'autres hôtes VST :
     
     L'Output to ne fonctionne que vers des effets VST dont le numéro suivant "FX" est supérieur à celui du VST/VSTi d'origine (les autres plugins n'apparaissent pas dans le menu déroulant de toutes façons). En clair, un VST placé en FX4 ne pourra envoyer son signal que vers les FX5 et supérieurs, mais pas vers le FX3 par exemple. C'est pour cette raison que je vous avais fait placer le LFX1310 dans un FX élevé (ici, c'était 14, mais n'importe quel FX à part le FX1 aurait fait l'affaire). Celà permet d'avoir de la marge, au cas où l'on aurait besoin de placer une chaine de VST avant l'effet destiné à se trouver en bout de chaine. Cette explication est un peu obscure, mais avec la pratique, vous comprendrez vite de quoi il en retourne. Et si vraiment vous n'y comprenez rien, je vous encourage fortement à lire ce tutorial de Goor00 sur le sujet (avec des schémas très clairs et des explications très précises).
     
     Si jamais vous n'avez pas été assez prévoyant et que vous n'avez pas de slot (ou emplacement) FX de libre, vous pouvez manipuler l'emplacement des plugins dans les différents emplacements FX grâce à des boutons situés dans le panneau de contrôle de l'onglet General :





  • Move sert à changer le slot d'un plug in, on peut par exemple faire passer le VPingPong de l'FX3 au FX2. Il est à noter que dans ce cas, l'Output to de l'AskaAyum qui pointait vers le FX3 "suivra" le VPingPong, et pointera vers le FX2.
  • Insert permet d'insérer un slot libre avant le slot sélectionné.
  • Jusqu'à présent, nos réglages des VST se sont montrés statiques. Ils ne varient pas au cours du track. Mais il existe une façon de modifier leurs paramètres en cours de route : en utilisant les macros.
     
     
    d) Modifier les paramètres des VST durant le playback du track
     
     Comme je l'ai dit précédemment, pour bidouiller ses VST, on peut utiliser les macros. Le module vst.itp utilise d'ailleurs cette technique.
     
     Pour utiliser une macro, il faut tout d'abord la créer. Retournez dans l'éditeur de macro en cliquant sur ce bouton :





    Dans l'éditeur, vous devez maintenant spécifier le rôle de vos macros :





  • Le champ 1. vous offre un résumé de vos macros et de leur rôle. Vous pouvez y sélectionner la macro que vous voulez définir en cliquant sur les boutons SFx (x compris entre 0 et F)
  • Le champ 2. vous permet aussi de sélectionner la macro sur laquelle vous voulez travailler (menu déroulant Modify macro), puis de définir quel genre de macro vous voulez. Dans le cas d'une macro contrôlant un VST, vous devez sélectionner Control Plugin Param.
  • Le champ 3. vous permet de délectionner le plugin (première liste) ainsi que le paramètre (seconde liste) à contrôler.
  • NB :  Certains plugins fonctionnent mal avec l'option "Control Plugin Param". Si vous vous retrouvez dans ce cas, pas de panique! Depuis quelques versions, OpenMPT vous permet de sélectioner à la place "MIDI CC", qui vous permet en prime d'obtenir la liste des MIDI Control Change (si vous n'êtes pas familier avec la norme MIDI, sachez juste que les Control Change sont des messages envoyés à du matériel ou des logiciels MIDI pour les contrôler) utilisés par le plugin. Ces MIDI CC vous permettront alors de contrôler votre plugin récalcitrant.


    Pour les plus paresseux, il existe une autre façon, beaucoup plus simple, d'assigner une macro à un paramètre.
     
     Pour cela, ouvrez la fanêtre d'interface du plugin et regardez le menu. Prenons comme exemple le Aska Ayum :





    Dans le menu supérieur, vous avez différents boutons : File, Presets, Info et Options. File et Presets servent à charger des réglages déjà faits. Info vous permet de vérifier le chainage de votre VST, ainsi que des macros qui lui sont déjà associées. Nous allons nous intéresser à Options. Cliquez donc dessus et vous obtiendrez le menu suivant :





    Vous connaissez déjà l'effet de Bypass. Mais ce qui nous intéresse ici, c'est Record Params. Cochez cette option. Rien ne se passe? En apparence seulement. En cochant l'option Record Params, vous venez de passer en mode d'apprentissage des macros! Vous n'êtes plus qu'à 3 clicks du but.
     
     Il vous suffit maintenant de cliquer sur Infos -> Macro -> Un slot SFx inutilisé, comme le montre la figure suivante :





    Maintenant que le slot est défini, il ne vous reste plus qu'à cliquer sur un des boutons, knobs ou sliders du plugin pour l'assigner à la macro.


    En résumé, pour assigner facilement une macro, il vous suffit de passer en mode Record Params dans les Options, puis de sélectionner une macro à partir du menu Info, et enfin cliquer sur le paramètre à assigner.
     Attention
    toutefois! Si vous cliquez sur un paramètre déjà assigné à une macro, modplug vous renverra une boite de dialogue d'erreur avec insistance, alors ne vous trompez pas.




    Si vous avez déjà tâté de la création des macros dans MPT vanilla, vous pouvez constater que dans ce domaine, OpenMPT a grandement facilité les choses. L'interface de cet éditeur de macros est suffisament intuitif (le nom des plugins et paramètres apparaissent clairement) pour que l'on ne s'y attarde pas.
     
     Une fois les macros créées, il faut les utiliser. Seulement voilà... comment dire que tel Zxx contrôle tel paramètre de tel plugin alors que le Zxx d'à côté contrôle tel autre paramètre de tel autre plugin? En appelant les macros, pardi!
     
     Pour appeler une macro, on utilise l'effet SFx en .it (ou EFx en .xm) avec x compris entre 0 et F et correspondant... au SFx utilisé dans l'éditeur de macros.
     Un exemple parlant mieux qu'une longue explication, regardez le module vst.itp : pour appeler la macro SF1, il a suffit d'entrer l'effet SF1. Tous les Zxx suivant cet effet dans le même channel modifieront la macro définie en SF1. C'est aussi simple. Bien entendu, pour modifier la macro à utiliser, il suffit d'entrer le SFx correspondant. On pourrait presque croire que c'est simple, non?
     
     Pour simplifier la chose, vous pouvez aussi vous aider de la fonction Visualize Effect, qui vous permet de dessiner une courbe d'évolution de votre paramètre au cours du temps (notez que cette fonction marche pour TOUS les effets de MPT). Pour celà, sélectionnez le channel où appliquer l'effet et faites un click droit. Le menu suivant apparaitra :





    Cliquez sur Visualize Effect et vous obtiendrez la fenêtre suivante :





    Vous avez maintenant le choix entre remplacer tout effet que pourrait contenir le channel par la courbe que vous allez dessiner (Overwrite FX type with), Remplir uniquement les espaces blancs par la courbe (Fill blanks with) ou encore modifier seulement les valeurs tout en conservant le code d'effet (Keep FX type). Nous voulons ici changer les valeurs d'un paramètre via une macro. Nous sélectionnerons donc dans le menu tout en bas à droite l'effet Zxx puis nous dessinerons la courbe en surveillant l'opération via l'indicateur situé tout en bas à gauche de la fenêtre.
     
     Voici à quoi ressemble l'évolution de la macro contrôlant le paramètre cutoff de l'Aska Ayum du track d'exemple :





    Vous remarqurez que chaque petit point peut se déplacer individuellement et que Modplug rajoutera et modifiera automatiquement l'effet Zxx.
     
     Pour finir, signalons enfin l'effet \xx. Cet effet correspondrait à un "macro slide" qui permet de passer de façon fluide d'une valeur à une autre entre 2 rows.
     
     Vous voilà maintenant capable d'utiliser les plugins VST/VSTi. Quelques petits conseils pour finir:
     
     
    e) Remarques à propos des VST/VSTi
     
    • Les plugins VST peuvent considérablement améliorer la sonorité de vos morceaux, mais attention! Une utilisation abusive de ceux-ci peut conduire à un résultat lamentable (et accessoirement utiliser toutes les ressources de votre machine, voire même plus de ressources que votre machine ne peut fournir, ce qui se traduira par de jolis buffer underruns du plus bel effet). Alors utilisez les avec sagesse et modération.
    • Si vous utilisez des plugins VST, sachez que ceux-ci ne sont pas enregistrés dans votre module comme se sont vos instruments. De ce fait ceux qui ne possèdent pas les mêmes plugins que vous ne pourront pas rejouer vos modules correctement. Vous devrez donc IMPERATIVEMENT exporter votre module en .wav ou .MP3 si vous ne voulez pas crouler sous les e-mails d'auditeurs incapables de lire correctement votre morceau.
    • Sachez reconnaître les plugins qui modifient la sonorité de vos instruments (flanger, reso, detune, equalizer, etc.) et ceux qui apportent un plus au niveau de la spatialisation et de l'ambiance (gate, echo, delay, reverb, etc.), vous gagnerez un temps précieux lors de votre choix de VST.
    • Certains plugins sont buggués voire instables. Il est vivement conseillé de sauvegarder avant de charger un VST ou même avant de lancer le playback... ou d'activer l'autosave.
    • Comme l'a dit Goor00 dans son tuto, OpenMPT (et a fortiori MPT vanilla) ne reconnait pas les bornes supérieures des paramètres de vos VST. De ce fait, vérifiez toujours dans l'interface du plugin que vous vous trouvez dans le domaine de définition du paramètre (si le slider ou knob ne bouge plus à partir d'une certaine valeur de Zxx, ce n'est plus la peine d'aller plus loin).
    • Par contre, MPT souffre encore d'une limitation: le nombre de paramètres modifiables. Chaque paramètre est dénommé par un nombre hexadécimal allant de 80 à FF, ce qui fait 127 valeurs. Certains plugins, comme le polyiblit utilisé dans le track d'exemple, ont plus de 127 paramètres listés par MPT. Les paramètres se trouvant au-delà de la limite ne sont pas modifiables (à moins d'utiliser l'effet #xx et encore...).
    • Pour plus de précisions au sujet des VST et des macros, vous pouvez consulter ce tutorial de Goor00.



     Passons maintenant à quelques tips divers.
« Last Edit: September 27, 2011, 14:57:45 by .^o »
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #8 on: September 27, 2011, 15:05:50 »
VII. Trucs et astuces
 
 Voici, en vrac, quelques trucs et astuces divers.
 
 
1. N'hésitez pas à découper votre mélodie sur plusieurs channels et à mettre un note off ( "=" ) au moment où commence la note qui suit, comme ceci:





Le son paraîtra plus "dense", surtout si vous avez les enveloppes adéquates




2. Si vous voulez réduire la taille de votre module, vous pouvez convertir certains samples en 8 bits (convertissez de préférence des samples longs et qui ne sont pas joués trop fort car le fait de passer en 8 bits diminue la qualité du son, mais la taille peut être divisée par 2, à vous de faire le bon compromis entre taille/qualité). Pour convertir, allez dans l'onglet samples et faites un click droit sur la courbe du sample, vous obtiendrez le menu suivant:






 Vous n'aurez qu'à cliquer sur "Convert to 8 bits" mais attention!!! Cette opération est irréversible!!! Si vous voulez retourner en 16 bits, vous devrez recharger le sample à partir de votre disque dur.
 
 Mais encore une fois, n'utilisez des samples 8 bits que si vous n'avez pas d'autre choix, car la qualité de certains samples s'en ressent. De plus, si vous utilisez le cut-off, il se peut que l'effet obtenu soit différent selon que vous ayez utilisé un sample 16 bits ou la version 8 bits de celui-ci. Il en va de même avec le downsampling.
 
 
3. N'hésitez pas à nommer chaque pattern, à utiliser un channel pour un instrument et à donner un nom à chaque channel. Si vous savez quel channel joue quelle séquence, vous serez plus à l'aise, surtout si vous reprenez votre track après plusieurs semaines d'inactivité.
 
 
4. Prenez garde si vous utilisez des Sound FX, de longs strings non loopés ou des samples vocaux (des samples ou on entend quelqu'un chanter, quoi…), la taille de votre module va énormément augmenter : comptez 1 méga par minute de sample en 16bits échantillonné à 44kHz
 
 
5. Cela m'amène à une petite précision: la taille d'un module ne dépend PAS de la longueur de celui-ci. Le .xm, .it, etc. NE SONT PAS DES FORMATS DE COMPRESSION!!! La taille d'un module dépend de la taille (et de la qualité) des samples que vous avez employés. Alors avant de faire un module contenant 128 samples de 1 Méga chacun, réfléchissez un peu au moyen de le diffuser après…
 
 
6. Depuis la version 1.46, Modplug Player prend en compte les DMO (mais pas les plugins VST) alors… pourquoi ne pas les utiliser dans vos modules (si bien sûr vous voulez que seuls les utilisateurs de modplug les lisent)? Vous devriez essayer par vous même de voir comment ils fonctionnent. Certains effets sont très interressants.
 
 
7. Attention si vous écrivez dans les champs réservés aux noms des instruments/samples: même si modplug vous permet d'entrer un grand nombre de caractères, la chaîne de caractère effectivement sauvegardée risque d'être tronquée si elle est trop longue, vous êtes prévenus.
 
 8. Sachez que certains VSTi proposent en interne des paramètres tels que "volume", "panning", etc. Peut-être qu'une macro contrôlant ces paramètres pourrait compenser le fait que les effets internes de MPT n'affectent pas les plugins? ;)
 
 
9. Si vous avez d'autres trucs et astuces, faites-les moi parvenir à vanisheriii@hotmail.com, je serais heureux de les rajouter.
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #9 on: September 27, 2011, 15:13:23 »
VIII. Préparer son module à la distribution
 
1/ Distribution sous forme de module brut
 
 Votre track est enfin terminé… ou presque. Vous avec créé des mélodies à partir de samples, vous avez arrangé le tout le manière cohérente, vous avez appliqué divers effets… Il reste pourtant encore quelque chose à faire: nettoyer le chantier…
 
 Tout se joue à partir du menu Edit -> Cleanup :





  • Rearrange Patterns permet de changer le numéro de vos patterns de manière à avoir: 0,1,2,3…, plutôt pratique si vous êtes maniaques.
  • Cleanup song enlèvera tous les patterns non utilisés, je ne vous conseille pas de l'utiliser tant que votre track n'est pas fini à 100%
  • Si jamais votre module était trop gros pour passer à travers un modem un peu lent, il y a quelques astuces permettant de diminuer la taille de celui-ci :
    • Si vous n'avez pas utilisé tous les instruments, cliquez sur "Cleanup instruments", qui enlèvera tous les instrus non utilisés.
    • Il se peut que vous n'ayez pas utilisé tous les samples, en effet, certains instruments utilisent plusieurs samples, mais vous n'avez peut-être pas accédé aux notes les utilisant, alors cliquez sur "Cleanup Samples" ATTENTION toutefois: ne faites cette opération que si vous êtes sûr de ne plus toucher à votre module, car si vous voulez jouer des notes correspondant à des samples qui ont été enlevés, vous n'aurez pas de son.
    • Cleanup Patterns supprimera les patterns inutilisés
    • Cleanup Song représente le tout en un : tout ce qui est inutile sera viré.
    • Remove All Instruments est un… hmm je vous laisse deviner 
  • Rearrange Samples, comme son nom l'indique, va réorganiser les samples de façons à ne pas avoir de slots de samples ne contenant rien.

 Maintenant que votre module est terminé et tout propre, vous pouvez passer à l'onglet Comments, qui vous permettra d'écrire un petit message, (pensez à mettre votre pseudo, le titre du track, diverses informations, les crédits des samples, et les coucous!!! C'est la tradition : dans chaque module on met un truc du genre "Greetings:" suivi des pseudos des gens qu'on connaît, histoire de leur passer le bonjour…)
 
 Petit détail tout bête: les comments ne prennent en compte que les caractères de 0 à 9 et de A à Z (majuscule et minuscule), alors n'essayez pas de mettre des accents!
 
 
2/ Distribution d'un rendu audio (compressé ou non) :
 
 Il y a 4 grandes raisons pouvant vous pousser à distribuer votre track sous forme de rendu :
 
  • Le MP3 produit est de taille inférieure à celle du module.
  • Vous avez utilisé des plugins
  • Vous voulez effectuer un mastering plus poussé avec un logiciel d'édition audio (du genre soundengine, audacity, soundforge, cooledit, goldwave, ou autre)
  • Vous voulez éviter de vous faire ripper
Modplug vous permet d'exporter votre track vers 3 formats différents :
 
  • MIDI (attention, l'export MIDI est encore approximatif)
  • WAV
  • MP3
L'export MIDI ne sera pas traité ici, Modplug ayant un export MIDI plutôt surprenant.
 
 L'export en WAV vous permettra de retoucher votre track dans un éditeur audio, puis de l'encoder en MP3, en OGG, ou même le graver direct sur CD en tant que piste audio sans la moindre perte de qualité.
 Pour cela il vous suffit de cliquer sur File -> Save as Wave, d'indiquer le répertoire de destination et de nommer votre wav. Vous obtiendrez alors la boite de dialogue suivante :





Il est conseillé de désactiver le "Normalize Output", qui risque de vous faire perdre quelques nuances au niveau des volumes. Par contre activez le "High Quality Resampling". (NB : certains trackers expérimentés vous conseilleront de désactiver cette option si vous avez utilisé des samples de bonne qualité)
 
 Notez que 44100 Hz 16 Bits Stereo est la qualité CD. Si vous allez au delà (comme par exemple 96000 Hz 32 Bits Quad), vous risquez d'avoir des problèmes pour ouvrir votre wav vu que seuls certains éditeurs audio peuvent ouvrir de tels .wav.
 
 Remarque : OpenMPT apporte encore une fois son lot de petites nouveautés. Notons le bouton "Change Player Options" qui vous renverra à l'onglet Player du Setup de MPT, de la case "Slow Render", qui réduira la vitesse du rendu sonore pour le rendre compatible avec certains VST un peu capricieux, ou encore la case "Channel mode", censée activer le rendu de chaque channel séparément mais qui semble encore un peu bugué.
 
 L'export en MP3, quant à lui, risque de vous poser un tout petit problème : par défaut il est limité à du 56kbps 22kHz Stereo. Bien entendu, si vous voulez diffuser votre track, le MP3 doit être d'une qualité plutôt bonne (128 kbps grand minimum). Pour ce faire il vous faudra exécuter la manipulation suivante :
 
  • Allez sur un site comme Free Codecs et téléchargez l'archive contenant la dernière version de LAME si vous ne l'avez pas (notez que si vous préférez un autre encodeur comme blade, la manipulation fonctionnera aussi).
  • Ouvrez l'archive et cherchez un fichier appelé "lame_enc.dll" puis décompressez le dans le répertoire ou se trouve le programme "MPTRACK.EXE"
Cette manipulation devrait vous permettra d'obtenir des MP3 dont la qualité atteint le 256kbps 48kHz Stereo (CBR, pour un encodage en VBR, il faudra exporter votre track en WAV puis l'encoder avec Lame, Blade ou autre), ce qui se révèle être plus intéressant.
 
 Pour conclure, je vous demanderai d'écouter tout d'abord le module compare.it puis ensuite de jouer le MP3 créé à partir de ce module (compare.mp3). Ensuite essayez de deviner pourquoi le MP3 a de telles différences…
 
 Ca y est? Vous avez trouvé?
 
 Voilà, le son a été "amélioré" avec seulement 2 plugins VST : un delay dont l'output est envoyé vers une reverb… Tout de suite, le panorama sonore semble plus rempli, et le son en lui même semble un peu amélioré.
 
 Le but de cet exemple est de vous montrer que même avec des instruments issus de la GM.DLS on peut faire quelque chose d'assez correct mais aussi de vous mettre en garde contre les dangers des VSTs : il est parfois difficile de contrôler précisément quand les démarrer et quand les arrêter, ce qui gâche un peu tout. Alors méfiance!
 
 Un dernier petit mot pour conclure à propos de la distribution en MP3/Ogg : je vous encourage plus que vivement à porter une attention toute particulière au mastering de vos tracks. Si le sujet vous intéresse, j'ai écrit un petit tuto là-dessus, que vous pourrez télécharger ici.
 
 
3/ Distribution en mo3
 
 Le mo3 est un format de compression pour vos modules. Il permet de convertir tous les samples de vos modules en MP3 ou OGG afin de diminuer la taille de vos mods sans trop perdre en termes de qualité. Actuellement, seul xmplay et les players basés sur la bass.dll peuvent lire ce format. Il est aussi conseillé d'utiliser l'encodeur mo3 sur des tracks créés avec MPT Vanilla... juste par sécurité...
 
 Vous pourrez trouver un encodeur mo3 à l'adresse suivante http://www.un4seen.com/music/music_mo3.html . L'utilisation de cet encodeur se révèle enfantine : chargez votre module, choisissez votre encodeur et la qualité de compression et appuyez sur le bouton "go"… simple, rapide et efficace. Vous pouvez gagner 50% de place, ce qui n'est pas négligeable si vous voulez distribuer vos musiques sur internet.
 
 Néanmoins veillez à prendre les précautions suivantes:
 
  • N'essayez pas d'encoder de .xm utilisant plus de 32 channels ou un nombre impair de channels, le player ne lisant à la base que des modules standards
  • N'encodez pas de modules où vous avez utilisé des VST…
  • N'oubliez pas que vous ne pourrez pas charger de modules au format mo3 dans modplug, et que vos auditeurs auront besoin d'un player adapté, donc pensez à leur donner un lien vers xmplay ou encore mettre un décodeur dans l'archive contenant votre module.
Ce sera tout pour le moment.
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #10 on: September 27, 2011, 15:16:00 »
IX. Foire Aux Questions



Q. Pourquoi avoir écrit un guide en français?

R. Je l'ai dit dans l'intro : parce qu'il y a plein de p'tits nouveaux qui sont français et qui ne veulent pas lire l'anglais. Ils ne savent pas ce qu'ils ratent, les pauvres.


Q. Je peux le traduire en [insérez la langue voulue]

R. Si vous voulez traduire ce tuto en italien, allemand, espagnol, grec ancien, hébreu, etc. oui oui oui, bien sûr (à condition de bien préciser la source, hein!)
Si c'est pour une traduction anglaise... c'est oui... mais tout de suite moins motivé...
Franchement... une traduction anglaise... avec la foultitude de tutoriaux anglais déjà existants (il y a même un projet de tuto en anglais sur modplug.com!), avec les forums anglais sur le tracking... mais QUI aurait encore besoin de CE tuto là? C'est pas un peu des efforts pour rien?

Enfin bref quoi qu'il en soit, bonne chance ^^;


Q. C'est quoi la différence entre un effet de channel et un effet de volume?

R. Ben… l'effet de volume, c'est la première colonne d'effets, juste à côté de la colonne d'instruments et l'effet de channel, c'est la 2ème colonne d'effet


Q. Ils sont merdiques les exemples! Et en plus ils ne sont pas assez évoqués dans le guide!!!

R. Et alors? tant qu'ils montrent ce que je veux montrer… si vous faites mieux, ben soumettez moi votre mod AVEC toutes les corrections du guide (toutes les références + les screenshots).
Et puis d'abord, les exemples sont surtout là pour diriger vos entraînements, pour que vous sachiez à quoi l'effet dont je parle ressemble. Dans ce guide je n'ai pas voulu me contenter de dire "il faut faire ça comme ça" et basta, j'ai tenté aussi d'expliquer POURQUOI, car si vous ne voyez pas l'utilité d'un effet, vous n'aurez jamais envie d'apprendre à l'utiliser.


Q. Y a plein d'erreurs!

R. Encore? Un ptit coup d'main pour les corriger p'tet?


Q. Hé! Mais les screenshots sont moches!

R. Quand on passe d'un affichage 32 bits à un jpg 24 bits, il ne faut pas s'attendre à des miracles.


Q. La mise en page est pourrie!

R. Sous Internet Explorer, c'est normal. A part ça, fallait pas insister pour avoir du html ^^;


Q. Je comprends rien!?!

R. Ben désolé, j'y peux rien là… vous préférez les tutoriaux en Anglais?


Q. Mais pourquoi V.III est-il aussi méchant?

R. PARCE QUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
Nan, sérieusement, c'est le personnage qui veut ça, hein! ;)


Q. J'ai des trucs à rajouter, à rectifier, je les envoie où?

R. Pour la Nième fois: vanisheriii@hotmail.com en attendant qu'un wiki soit disponible.
 

Q. Heu j'ai tout lu mais il y a une truc que j'ai pas compris: c'est quoi un tracker?

R. *soupir*


Q. C'est quoi le Chord Editor?

R. Houlà, quelque chose d'assez difficile à maîtriser. En gros vous pouvez définir plusieurs notes qui seront jouées en même temps. Comme la main gauche au piano, en quelque sorte.


Q. C'est quoi, l'effet #xx (X param)?

R. Les effets de MPT ont un domaine de définition généralement compris entre 00 (0) et FF (255). L'effet #xx permet d'aler au-delà de 255 pour certaines commandes. Je vous renvoie au readme.html distribué avec OpenMPT 1.17 pour plus de détails.


Q. MPT wild? Open MPT? MPT Vanilla? JE SUIS PERDU!

R. Pas de panique! Pas de panique!
Reprenons tout depuis le début.
Lorsque l'on place le terme "vanilla" derrière le nom d'un soft (ou d'un jeu) c'est que ce soft s'est vu modifié ou cloné et que l'on parle de la version originale.
Dans ce tuto, MPT vanilla désigne donc MPT 1.16, c'est à dire la version créée par Olivier Lapicque.
Après qu'Olivier Lapicque ait distribué le code source de MPT, une nouvelle version créée par des passionnés a vu le jour. Il s'agit de MPT 2.x Wild.
Actuellement, la meilleure build est Open MPT 1.17, officiellement en version RC2, mais les devs travaillent toujours dessus, aussi il convient de télécharger la dernière version de développement, qui a vu bon nombre de bugs corrigés. Vous la trouverez à l'adresse suivante : http://modplug.sourceforge.net/builds/ .

Q. Heu OpenMPT... version 1.13? 1.17? Où on en est?

R. La 1.13.2.x dans le CVS est le numéro de révision. 1.17.02.x est le numéro de version. Non, non, ce n'est pas du tout compliqué.


Q. Certains screenshots ne correspondent pas à 100% à ce que j'ai à l'écran! C'est un scandale!

R. Deux possibilités :

    * Vous n'avez pas cliqué où il faut comme il faut quand il faut. (ouuuuuh! c'est pas bieeeeen!)
    * OpenMPT et son interface évoluent très très très souvent. Le tuto peut ne pas être à jour. Ou alors j'ai eu la flemme de refaire quelques screenshots (hey! c'est une tâche particulièrement pénible!)


Q. J'aimerais voir plus d'effets/astuces traités

R. Work in Progress Help needed?


Q. Où puis-je trouver des samples?

R. Le web regorge de samples gratuits et libres de droits. Vous pouvez toujours faire un tour à cette adresse: http://www.modarchive.com ils ont de bons samples là bas. A part ça, Google est votre meilleur ami.


Q. Où puis-je trouver des VST (effets et instruments)?

R. Sur de très bons sites du genre K.v.R. ou encore Xelenio Music, où vous trouverez des plugins en très grande quantité.


Q. Salut, j'aimerais faire du rap ou du reggae en utilisant sk@le, jpeux avoir un tuto?

R. Mes compétences cette question dépasse, jeune padawan. (pour la petite histoire, cette question a vraiment été posée)


Q. J'ai fait plein de tracks et j'aimerais les distribuer sur internet, je fais comment?

R. Ah! Si traxinspace existait encore... Le FTP de votre provider peut faire l'affaire... modarchive ou pouet.net peuvent hoster des modules, sinon pour un hosting temporaire, il reste rapidshare, megaupload et toute une tripotée de sites dans le genre (à vos risques et périls). Mais il est vrai que diffuser ses mp3, Ogg et compagnie est devenu relativement malaisé. Merci à la lutte anti-piratage.


Q. I've nothing to learn from you. I'm a 5UP3R 3L337 7R4CK3R! And speak english, you french frog!

R. Oui oui, cette situation s'est déjà produite... ^^; Evitez de devenir comme ça quand vous serez plus grands, c'est vraiment pas beau à voir.


Q. C'est bon, je peux poser mes questions maintenant?

R. Ben si c'est pas sur un truc que j'ai déjà dit, oui! posez vos questions, j'attends que ça!!!
« Last Edit: September 27, 2011, 15:21:33 by .^o »
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #11 on: September 27, 2011, 15:23:20 »
X. Remerciements
 
 Tout d'abord un merci spécial à Goor00, sans qui ce tuto ne serait certainement pas ce qu'il est devenu.
 Gros merci spécial aussi à rewbs qui, sur le forum MPT-Fr, nous donne toujours des informations techniques vraiment TRES utiles pour comprendre certains comportements de MPT.
 
 Je tiens ensuite à remercier les personnes suivantes:
 
  • Olivier Lapicque: pour avoir créé un tracker aussi puissant et facile d'accès.
  • Rewbs, Ericus et toute l'équipe qui s'occupe d'OpenMPT. Vous avez vraiment assuré, sur ce coup là! Continuez comme ça.
  • XRQ, qui a écrit la partie la plus indispensable du handbook.
  • NightFlowers, dont les indications au niveau du interpolate volume ont été plus que précieuses.
  • Zed pour ses infos sur le "retrigger note" et sur les ticks.
  • Crazyman, pour ses différentes techniques de track (même si je retrouve plus le .txt ^^; ).
  • Heu… tous ceux qui m'ont motivé pour écrire ce guide, la liste est (très? trop?) longue alors je passe juste un gros MERCI général.
Je remercie aussi les contributeurs:
 
  • Finn, pour sa réaction quant aux samples 8bits et pour m'avoir suggéré de traiter l'effet de changement de vitesse.
  • CrazyMan, pour m'avoir enseigné l'effet de changement de vitesse.
  • Goor00 (oui oui, vraiment), pour les corrections par-ci par-là, pour ses recherches sur le MIDI et les VST, etc.
PS: je ne demande pas d'argent pour ce manuel, il ne vaut pas un centime, m'enfin bon, s'il vous sert à quelque chose, pensez à me faire un chti coucou dans vos mods, ce serait sympa (je serai aussi très content d'écouter vos prods, au passage). Merci d'avance ;)
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^

Offline .^o

  • Moderator
  • *****
  • Posts: 533
  • .^o GRAVOS
    • gravos
Re: MPTonomicron: OpenMPT wiki français par Vanisher III (18 Avril 2006)
« Reply #12 on: September 27, 2011, 15:24:39 »
XI. Historique du tutorial
 
 Pour ceux que ça intéresse, voici un historique de l'évolution du tutorial.
 
 08/12/01 : Parution publique de la version 0.1, qui contient l'essentiel du tutorial.
 
 13/08/02 : Version 0.5 RC1 (non officielle):
 
Ajout du passage sur l'effet Zxx
 
Ajout du chapitre sur les VST
 
Ajout du passage sur l'export en wav/MP3
 
Mise à jour de la FAQ
 
Quelques corrections de l'orthographe et de la mise en page.
 
 14/08/02 : Version 0.5 RC2 (non officielle):
 
Correction d'un détail au sujet des samples 8 bits
 
Ajout d'un exemple d'export MP3
 
Mise à jour des remerciements.
 
Quelques phrases importantes ont été colorées en rouge.
 
 15/08/02 : Version 0.5 RC3 (Prerelease) (non officielle):
 
Ajout de l'historique.
 
Ajout du passage sur les effets de vitesse/tempo
 
Mise à jour des remerciements
 
Mise à jour de la FAQ
 
Correction mineure d'un détail au sujet des samples 8 bits
 
Correction de quelques fautes de frappe.
 
 22/08/02 : Version 0.6 (release officielle)
 
Correction de quelques fautes de frappe
 Quelques aménagements au niveau de la pagination
 Mise à jour de la F.A.Q.
 Ajout du passage sur la distribution au format mo3.
 
  01/06/04 : T@W Kickstart for Newbies
 
Le tuto en version 0.6 est inclus au projet T@W Kickstart for newbies. A cette occasion, quelques corrections sont apportées au texte et les exemples subissent un léger lifting.
 
 03/07/05 : Version 0.8.0 WIP (prerelease non officielle)
 
Le tuto prend le nom de code de MPTonomicron
 
Titan n'ayant pas pu effectuer la conversion en HTML, je m'y suis collé
 Refonte de la mise en page pour l'adapter au format HTML
 Tous les screenshots ont été refaits pour coller à OpenMPT
 Rajout du passage sur l'utilisation de claviers MIDI
 Quelques petits changements de couleurs et de représentation des codes d'effets.
 Mise à jour de nombreux passages pour les adapter à OpenMPT
 Correction de diverses erreurs et fautes de frappe
 Le tuto s'arrête aux effets et ne traite plus des VST.
 Le track d'exemple principal (cyberland) subit un nouveau lifting.
 
  12/07/05 : Version 0.8.1 Revision b (release officielle)
 
Création du vst.itp pour montrer un exemple au niveau des VST.
 Le track d'exemple subit encore quelques légers tweaks.
 
Refonte totale du chapitre traitant des VST et des macros
 Mise à jour de la FAQ et des remerciements ainsi que de certains liens.
 Nombreuses corrections d'erreurs techniques et de fautes de frappe.
 La version .chm, ce sera pour plus tard si vous le voulez bien ^^;
 LE MPTONOMICRON PREND SERIEUSEMENT FORME! FEAREZ, MORTELS!
 
  12/07/05 : Version 0.8.1 Revision c (update officiel... j'ai été rapide sur ce coup là, hein?)
 
Quelques passages peu importants rajoutés ou remaniés
 Quelques liens rajoutés
 Bourde corrigée au niveau de la confusion effets DX / DMO (merci rewbs et Goor00)
 Bourde corrigée au niveau de la réponse à propose de l'effet #xx (voilà ce qui arrive quand on lit en diagonale les readme's)
 Quelques fautes de frappe corrigées
 
  03/08/05 : Version 0.8.2 (release officielle)
 
Correction de quelques fautes de frappe et une ou deux bourdes par ci par là.
 Mise à jour d'une partie des screenshots afin de coller avec l'interface d'OpenMPT 1.17.02.25
 Remaniement de plusieurs passages du tuto afin de coller avec OpenMPT 1.17.02.25
 Ajout du paragraphe sur les MIDI channels
 Mise à jour de la FAQ
 Mise à jour d'un ou deux exemples, histoire d'inclure les rows/beat (ça peut aider... ^^; )
 Ajout de quelques fautes de frappe histoire d'avoir quelque chose à corriger pour la prochaine version du tuto.
 
 18/04/06 : Version 0.8.3 RC1 (release officielle)
           Correction de quelques fautes de frappe.
           Comme je suis passé à Windows XP et que je suis en 1280x1024, la quasi-totalité des screenshots (saufs quelques petites illustrations mineures) ont été refaits
            pour coller au look XP hi-res. Je commence à en avoir marre de les refaire, ces screenshots (il y en a beaucoup ^^; )...
           Ajout de la table des matières (enfin!)
           Quelques petits remaniements subtils du design (titres de chapitres plus gros, pense-bête plus voyants, etc.)
           Quelques petites mises à jour des descriptions de menus, histoire de coller avec la version 1.17.02.42 d'OpenMPT.
           Ajout du menu contextuel pour les samples ainsi que des boutons manquants.
           Ajout de quelques détails par-ci par-là, les habitués ne sentiront pas vraiment la différence, je pense.
           Ajout de l'encart sur les MIDI CC
           Petit fix du module vst.itp qui n'avait pas de vxx et donc ne produisait aucun son avec les VSTi ^^; (au passage le fix est grossier et probablement bugué...)
           Ajout d'un nombre incalculable de bourdes et de fautes, histoire d'avoir quelque chose à corriger pour une révision b.
 
 18/04/06 : Version 0.8.3 Revision b
           Ajout du paragraphe sur le macro learn.
MPT-FR
excuse please my english, i'm french ^^